Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
21 février 2023

Les élites françaises, essai par Eric Anceau

élites

Mariée pendant 55 années à un membre du corps préfectoral issu de l’ENA rencontré sur les bancs de Sciences Po, je ne pouvais éviter cet ouvrage qui retrace la sociologie, les origines et le positionnement des élites françaises, depuis l’Ancien régime jusquau au grand confinement.

C’est-à-dire, comme l'indique le titre de son premier chapitre, l'évolution de « Trois cents ans de défi et de défiance ».

L’élite est-elle nécessaire ?

Un constat : l’impossibilité pour les masses de se gouverner elles-mêmes. Ainsi, tout système, aussi démocratique qu’il soit, tend à produire une élite qui, progressivement, intègre ses contestataires à sa masse pour se maintenir au sommet ; à l’opposé on trouve la théorie marxiste des classes, et on voit aujourd’hui à quels débordements elle peut aboutir.

L’ouvrage est un survol de l’histoire de France à travers ses successifs régimes politiques, ses désastres militaires, ses crises ministérielles, ses clivages électoraux, sa gouvernance et la formation de ceux qui en émergent, l’ossature de son administration issue de la méritocratie post révolutionnaire après l’abolition des privilèges.

On perçoit de grandes tendances rémanentes dans les origines du personnel politique : la résilience de la noblesse, favorisée par la longue pratique du suffrage censitaire – en 1846, sur plus de 35 millions d’habitants, les électeurs ne sont que 240000 (hommes) et les éligibles 56000 – expliquant la phrase de Guizot refusant d’abaisser le cens : « Enrichissez-vous »  … pour atteindre le niveau d’imposition requis.

Le divorce entre l’élite – parlementaires, haute administration, chefs d’entreprises, intellectuels, journalistes – et le peuple est une constante dans notre pays depuis 300 ans. Il est d’autant plus vif après les grands cataclysmes : 1870, 1940, la perte de l’Algérie, qui voient un renouvellement des élites mais le fossé entre gouvernants et gouvernés perdure. Chacun propose alors ses remèdes, en particulier la formation des élites pour les mieux préparer à leur rôle : les lycées de Bonaparte, l’Ecole libre des Sciences politiques en 1872, l’ENA en 1945 (mais une tentative de création avait fait long feu en 1848, vite supprimée par Napoléon III), sa récente suppression ...

Car le peuple exige beaucoup de ses élites, en contrepartie de sa domination sociale : œuvrer pour le bien commun, faire preuve de compétence et d’intégrité, savoir entendre les doléances du peuple … Et les multiples scandales de prévarication, de trafic d’influence, de népotisme et de mœurs dissolues, sitôt exploités par la presse, ont un pouvoir dévastateur sur l’opinion.

Conclusion de ce travail passionnant : la « société des héritiers » survit malgré les alternances politiques, le personnel politique français n’est sans doute pas de la meilleure qualité que l’on pourrait en attendre. Cela qui saute au yeux aujourd’hui au vu des débats récents à l’Assemblée nationale.

La démocratisation des élites a tout de même progressé sur la période même si elle demeure incomplète – soulignons cependant l’émergence récente des femmes - mais surtout, l’Administration demeure solide et irréprochable dans son écrasante majorité.

Un défi immense demeure pour les élites : retrouver le chemin de la confiance. Et, du point de vue de l’auteur, ce n’est pas gagné.

 

Les élites françaises, des Lumières au grand confinement, par Eric Anceau, publié chez Passés Composés, (octobre 2020), 460 p., 24€

Commentaires
S
Je note de suite le titre de ce livre. Et je sais déjà à qui je vais l'offrir.
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 642
Depuis la création 7 349 273