Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
28 mars 2022

A quoi sert la presse écrite aujourd'hui ?

IMG_0313

J'avoue tout !

Je me souviens d'un temps où nous achetions chaque jour au moins Le Monde et moins souvent Le Figaro, et la matinée du samedi était consacrée à la lecture et au commentaire des hebdomadaires - L'Express, Le Point, Le Nouvel Obs ...

Depuis la dérive franchement politique de certains de ces journaux - et je ne parle même pas de "France-Soir", l'unique quotidien de mon enfance, dont je dévorais les deux bandes dessinées verticales situées en dernière page, qui n'existe plus sur papier depuis 2011 mais est devenu carrément complotiste - mais surtout depuis l'éclosion des chaînes de télévision en continu et de l'Internet, je ne lis plus aucun journal.

A deux exception près : le Figaro du samedi - sec, sans ses annexes - uniquement pour sa grande page de mots flêchés, et le tout nouveau "Franc-Tireur" du mercredi, sur un format réduit, avec les signatures qui correspondent à mes opinions modérées. Un peu comme un anti-Canard enchaîné, en somme. Et lui aussi sans publicité, donc libre de toute influence.

J'oubliais la presse régionale, lorsque je séjourne en Lot-et-Garonne : nous achetons les deux quotidiens rivaux "La Dépêche" et "Sud-Ouest - comme ça, les deux versants de l'opinion républicaine sont représentés.

On comprend que la Presse écrite, dans son ensemble, subisse une crise profonde et soit menacée de disparition. Consacrer 3,20€ chaque jour à des articles sans réelle valeur ajoutée alors qu'il suffit d'ouvrir son ordinateur ou sa télévision pour être informé en permanence, c'est méritoire. Bon, il y a aussi des foules de gens qui consacrent 10€ à leur addiction quotidienne. Cela ressort de la liberté de chacun.

J'imagine que le processus a commencé avec les radios d'information, comme Europe 1 - en particulier en mai 1968. J'ai hélas récemment abandonné cette station après tant d'années de fidélité pour des raisons de baisse de qualité et d'orientation politique trop marquée à mon goût.

Le risque létal étant que les organes de presse ne deviennent, comme c'est déjà le cas aujourd'hui, la "danseuse" d'un magnat de l'industrie, comme lors de l'explosion de la presse au XIXème siècle : le roman de Balzac - récemment magistralement adapté au cinéma par Xavier Giannoli - "Les illusions perdues" - nous rappelle ce que fut l'information de ces débuts, totalement inféodée à l'argent.

Tout et n'importe quoi, nous ne savons plus très bien à qui nous fier. La désinformation systématique règne ... plus personne ne sait que et en qui faire confiance. Trop d'information tue l'information. Nous vivons un drôle de temps, nous y perdons nos repères. C'est inquiétant pour l'avenir de la démocratie.

L'information est devenue en ce moment tellement anxiogène que la seule façon de s'évader reste, pour moi en tous cas, la lecture d'un livre. Sur du papier, avec l'odeur de l'encre, les pages qui crissent quand on les tourne, les fautes typographiques que je corrige pour un éventuel futur lecteur car la lecture est aussi un passage de relais ...

En attendant, une fois - et partiellement - lu, le journal sert aussi à envelopper les épluchures. Il est biodégradable ... Hier matin, c'était pour une blanquette dominicale ...

Nous nous sommes hélas bien éloignés de cette phrase de Blaise Pascal « Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger ».

En fait, j'ai oublié un élément déterminant : la Presse écrite permet de publier des pages de publicité ... Dans les hebdomadaires en couleurs, c'est tout de même plus joli et alléchant que sur internet ...

Commentaires
M
J'habite une campagne où le portage du quotidien local perdure, quotidien qui accompagne mon petit déjeuner depuis mes 8 ans ( X 9 maintenant). Certes, il ne m'apprend pas grand chose sur la marche du monde, mais il me relie à la vie locale. Il fut un temps où nous étions abonnés à Charlie-hebdo, nouvel obs . Je n'ai plus vraiment plaisir à les lire: chacun déroule son catéchisme sans nuance.
Répondre
P
Nous sommes toujours abonnés au " Monde" , version papier, par fidélité sans doute. Je suis abonnée au New York Times, version internet et je lis aussi le Guardian, version internet gratuite ( dont la version française peut apparaitre sur simple "clic"). Quand je vais à la Bibliothèque, je consulte "les Echos" et " la Croix".<br /> <br /> Grâce à cette multiplicité de sources, je pense être bien informée et disposer d'analyses originales, représentatives de plusieurs tendances. Je ne trouve pas de qualité similaire dans les sites qui n'émanent pas de la presse générale. <br /> <br /> Mais je suis d'accord, impossible de ne lire qu'un seul titre en raison de l'apologie / dénigrement systématiques.
Répondre
M
Mes habitudes ont également changées. Je conserve mon abonnement au Monde « par solidarité » mais je le lis de façon plus sélective. Je suis abonnée depuis quelques mois au Courrier de l’Ouest, version locale samedi-lundi pour découvrir ma région d’adoption pour ma retraite.<br /> <br /> J’ai pris aussi un abonnement au Temps pour connaître les analyses de nos voisins Suisses.<br /> <br /> En fait ma lecture est bien moins approfondie, je pioche ce qui m’intéresse, je m’informe plus dans la réflexion que dans l’instantané et le spectaculaire ; chez moi, il n’y a ni télé ni radio.<br /> <br /> Il me faut aussi du temps pour lire des polars et des BD, ceux que je choisis chez mon libraire et ceux que je prends selon vos analyses.
Répondre
E
Notre *Maitre* d'école nous disait il faut lire le journal il n'y a pas de faute !!!! Je pense à lui souvent avec le sourire .
Répondre
B
Le premier confinement nous a fait basculer dans les abonnements sur internet, deux grands quotidiens, et un journal du week-end. <br /> <br /> Mais j’avoue que je me lasse moi aussi de la tendance vers le militantisme politique de mon hebdo télé, que j’appréciais surtout pour les critiques cinéma et livres et je me pose sérieusement la question d’un abandon total.<br /> <br /> Bonne semaine à vous<br /> <br /> Brigitte, une Poitevine
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 756
Depuis la création 7 311 189