Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
21 février 2018

Phantom Thread, film de Paul Thomas Anderson

affiche

Alma

défilé

le couturier et sa soeur

Quand on sait avec quelle parcimonie l’acteur déjà multi-oscarisé Daniel Day Lewis choisit les films dans lesquels il consent à tourner, et lorsqu’on sait qu’il a déclaré vouloir prendre sa retraite après celui-ci – il a 60 ans – on imagine que c’est un nouveau chef d’œuvre. Après l’avoir admiré dans There Will Be Blood, de ce même réalisateur, Gangs of New-York de Martin Scorsese, Nine de Rob Marshall, ou encore Lincoln de Steven Spielberg, le voici incarnant un couturier londonien célèbre, familier des cours princières, au printemps de l’année 1953.

Le héros se décrit lui-même comme un célibataire endurci, consommant de belles jeunes femmes qu’il congédie après quelques mois quand il ne trouve plus rien à en tirer. C’est alors sa sœur aînée, qui forme avec lui un couple redoutable, qui se charge de la virer.

Et puis un matin, il fait la connaissance d’Alma, une jeune fille simple, mais de proportions parfaites et en tombe raide dingue amoureux. Elle devient sa chose, sa maîtresse, sa muse. Mais celle-là a du caractère. Elle l’aime aussi, profondément, et résiste.

Lui est orgueilleux, séducteur, versatile – il passe de moments d’exaltation où il se lève à 4 heures du matin pour travailler à des instants de profonde dépression – commence à tourner en rond dans son processus créatif, se montre vulnérable, mais aussi cruel et blessant, égoïste, pervers jusqu’au sadisme, enfantin, maniaque, mufle …

Elle – et la jeune actrice luxembourgeoise Vicky Krieps (nous l’avons vue en épouse du jeune Karl Marx) lui donne superbement la réplique – va trouver un moyen original pour se l’attacher. Malgré l’omniprésence jalouse de Cyril, la sœur (Lesley Manville), qui dirige d’une main de fer la maison de couture dont les ateliers sont situés juste au-dessus des salons, par où on accède via un étroit escalier – exactement comme dans l’hôtel particulier devenu le musée Yves Saint Laurent à Paris.

Une étude psychologique magistrale, avec des interprètes hors du commun, des toilettes vintage, une intrigue artistement tramée … avec un fil invisible, comme ces petits messages secrets que le couturier s’amuse à coudre dans les ourlets de ses créations. Un film qui n'intéresse pas que les femmes ...

Commentaires
M
"Une étude psychologique magistrale, avec des interprètes hors du commun, des toilettes vintage, une intrigue artistement tramée … avec un fil invisible, comme ces petits messages secrets que le couturier s’amuse à coudre dans les ourlets de ses créations. Un film qui n'intéresse pas que les femmes ..." ;-)<br /> <br /> <br /> <br /> "Quoique tu fasses fais-le avec soin" c'est la phrase sur laquelle se termine la bande-annonce du film sur You Tube...<br /> <br /> <br /> <br /> J'ai bien envie d'aller voir ce film ;-)
Répondre