Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
13 juillet 2022

Le Christ recrucifié, roman de Nikos Kazantzaki (1948)

 

Christ recrucufiéUn des ivres qui m'a e plus intéressé depuis le début d'année.

Pourquoi exhumer un chef-d'oeuvre rédigé en 1948 par un des piliers de la littérature européenne : Nikos Kazanztaki(s) (1883 – 1957), dont l’œuvre la plus célèbre demeure Alexis Zorba, magistralement incarné à l’écran par Antony Quinn en 1964 ?

Parce que c’est le premier roman que j’ai lu en classe de seconde et que je l’avais totalement oublié alors que c’est LE livre qui déclencha mon addiction à la lecture.

Plusieurs de mes condisciples en parlaient, je me le suis procuré à la bibliothèque … et je ne l’ai plus lâché. A l’époque comme aujourd’hui, cette histoire cruelle de village grec en pleine Anatolie ottomane m’a captivée.

Plus encore aujourd'hui car les passions qui s’y déchaînent résonnent avec l’actualité la plus tragique que nous subissons.

Intolérance, réfugiés que l’on repousse et affame, appétits de pouvoir, avarice morbide, concupiscence, mais aussi amour de Dieu, foi orthodoxe omniprésente, générosité sans espoir de retour, héroïsme, désir de vengeance …

Tout est poussé à l’extrême dans une tragédie antique respectant les critères classiques de temps – une année - vraisemblablement 1922 - et de lieu, le village prospère de Lycovrissi, à une journée de marche de Smyrne.

En ce lieu, tous les 7 ans, la communauté exclusivement grecque mais placée sous l’autorité de l’Agha turc, met en scène la Passion et désigne, à la Noël précédente, les villageois qui vont en incarner les principaux acteurs : Pierre, Jacques et Jean, et le Christ. Sans oublier Madeleine la pécheresse et Judas l’Iscariote. Cette année-là, ils choisissent Manolios, un jeune berger blond, ancien novice dans un monastère, employé par le noble chef du village, pour incarner Jésus.

Tout bascule alors qu’une troupe d’affamés conduite par leur pope Photis, des réfugiés chassés de leur village dévasté par les Turcs, viennent demander secours. Le fier et replet pope du village, Grigoris, les refoule avec morgue, ils sont contraints de se réfugier dans la montagne, au fond d’anciennes grottes ouvertes à tous vents. La tragédie commence entre ces deux facettes de la cléricature, celle du Bien et celle du Mal. Seuls les plus modestes des villageois, justement ceux qui ont été désignés pour figurer la Passion du Christ, vont accepter de porter assistance aux réfugiés.

Richesse des personnages – les illuminés qui donnent tout, même leur vie comme les plus cruels d’entre eux – et l’Aga n’est pas le pire – retournements inattendus, suspens, complexité de la situation politique de la Turquie humiliée par sa défaite aux côtés des Puissances centrales après les traités de Sèvres et de Lausanne, crainte des bolcheviks ...

La folie guerrière continue aujourd’hui, rien ne change …

 

Le Christ recrucifié, roman de Nikos Kazantzaki – traduit du Grec par René Bouchet, publié chez Babel, 606 p., 11,50€.

Commentaires
S
Merci pour ce bel article et bravo pour votre courage. Quel plaisir de découvrir chaque jour vos posts!
Répondre
M
Je me rappelle avoir lu ce livre il y a environ 50 ans & je m en rappelle la violence<br /> <br /> J avais lu à peu près à la même époque:l' archipel du Goulag & Une journée d'Ivan Denissovitch: toujours d actualité malheureusement
Répondre
M
Non, rien ne change, je trouve que ce roman illustre parfaitement la pensée de René Girard exposée dans " des choses cachées depuis la fondation du monde" Il y analyse l origine de la violence humaine et les moyens de résoudre les crises au moyens de rites qui ont pour but de diriger la violence vers une seule victime expiatoire, la guerre serait elle un rite ayant la même fonction? Je ne suis qu' au début de ce passionnant écrit de 1978 que je vous conseille vivement.
Répondre
A
Je ne connaissais pas du tout ce titre ,il me tente.
Répondre
M
De ce roman fut tiré le film de Dassin "Celui qui doit mourir.." avec Pierre Vanek.. vu en 1957/58.. 14 ans.. peu de souvenir, je préférais les western ou à Miramar "La Canonnière du Yang-Tsé"
Répondre