Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
14 juillet 2022

Pétain, biographie par Bénédicte Vergez-Chaignon

 

Pétain

C’est la lecture de l’excellent polar de Pascal Chabaud (à paraître à l'automne) qui m’a donné envie d’approfondir la biographie du maréchal Pétain.

Je croyais en savoir beaucoup sur ce personnage – dont l’activité en « faveur » des Juifs français a récemment été évoquée par un candidat d’extrême droite. Bien entendu à tort. J’avais lu « Soixante jours qui ébranlèrent l’Occident » de Jacques Benoist-Méchin, collaborationniste notoire, et surtout « La France de Vichy », plus récent, ouvrage clé sur la période de Robert Paxton.

En fait, ce « pavé » de 1200 pages se lit comme un thriller. Année après année, puis jour après jour, on y découvre l’évolution de celui qui gouverna la France en les heures les plus sombres de la défaite et de l’occupation allemande. Un travail colossal qui permet de saisir les clivages politiques de notre temps.

Comment ce fils d’agriculteur né en 1856, rejeté par sa belle-mère quelques mois après sa naissance, élevé par un oncle ecclésiastique, se réfugie dans l’étude. Marqué dans l’adolescence par la défaite de 1871, il choisit le métier des armes et poursuit une carrière sans relief puisqu’il n’est que lieutenant-colonel au déclenchement de la Grande guerre (il a 58 ans). Et, de façon assez inhabituelle, il va se montrer indispensable, par son aptitude à ménager les troupes, à organiser la logistique, à remporter la bataille de Verdun, à résoudre le mouvement de mutineries de 1917.

Le désormais maréchal devient une gloire nationale et internationale, occupe diverses fonctions dans l’entre-deux guerres. Considéré comme un officier républicain, catholique, coureur de jupons – il entretient des relations avec plusieurs maîtresses simultanément et ne se marie qu’à 64 ans avec l’une de ses ex. Ses idées politiques : anti communiste, anti parlementaire, anti francs-maçons et antisémite, comme bien des tenants de la droite. En rivalité avec Foch auquel il reproche d’avoir signé l’armistice de 1918 trop vite et sur le sol français, permettant de laisser l’armée allemande de se retirer dans les honneurs. Il est partisan d’un gouvernement hiérarchique et autoritaire.

C’est le seul homme qu’on va chercher au lendemain du désastre de mai 1940, pour demander l’armistice. Il prônera une politique de collaboration car il considère que l’Allemagne va gouverner l’Europe. Il recherchera sans cesse à obtenir des allègements aux conditions draconiennes imposées à la France. Sans succès.

Son problème majeur : son âge, que dément une forme physique éblouissante pour un homme de 83 ans. Entouré d’un groupe de fidèles pas toujours loyaux, il finit par perdre peu à peu pied. Selon Charles de Gaulle, Pétain serait mort en 1925, l’année de son intervention au Maroc, durant laquelle il aurait fait la preuve de son ambition et de sa capacité à le laisser manipuler par les politiciens.

« C’était un chef exceptionnel, je n’ai pas changé d’avis. Le malheur a voulu, pour la France et pour lui-même, qu’il soit mort en 1925 et qu’il ne l’ait pas su. »

Devenu chef de l’Etat, doté des  pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, Pétain se montre tout à tour réformateur, antisémite, diplomate, audacieux, seul chef devenu icône puis rempart chancelant, otage indécis, imprudent, chef dépouillé, semi-captif, exilé, accusé puis condamné et commué en prisonnier à vie (il va le rester 6 années ...), mourant vraisemblablement de la maladie d’Alzheimer, non connue à l’époque.

Une biographie passionnante, dont « la vieillesse allait s’identifier avec le naufrage de la France ». Un part d’ombre de notre histoire qu’il ne faut pas oublier.

 

Pétain, biographie par Bénédicte Vergez-Chaignon, édité chez Tempus, 1276 p., 16€.

Commentaires
C
A écouter également https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/le-fantome-de-philippe-petain
Répondre
S
Quel courage !<br /> <br /> Bonne journée, chère Bigmammy. Vous tenez le bon bout.
Répondre
M
Bien intéressant aussi :<br /> <br /> https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/le-fantome-de-philippe-petain<br /> <br /> Merci pour toutes vos ouvertures culturelles...<br /> <br /> Pensées pour votre dernière ligne ...
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 736
Depuis la création 7 312 689