Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
15 juin 2021

Les grandes affaires criminelles de Lot-et-Garonne, par Patrick Caujolle

 

affaires criminellesNous avons le sentiment que la violence et les crimes de sang sont en forte progression depuis quelques années ... Les faits nous démontrent une autre réalité.

Cet ouvrage rassemble 48 crimes des plus tragiques ayant défrayé la chronique judiciaire de ce département essentiellement rural entre 1790 et 2007.

Dans cette région agricole bénie des dieux, relativement riche, les mobiles de crimes se recoupent : à une époque où les enfants sont soumis à la volonté de leurs parents – en particulier en ce qui concerne l’assentiment au mariage, l’impossibilité de divorcer ou d’envisager les conséquences financières ou de réputation d’une séparation, l’appât du gain, les violences conjugales, l’alcoolisme, la jalousie ou la vengeance pour un héritage mal réparti ou l'adultère d'un époux ou d'une épouse … Pour effacer les traces, l’incendie complète parfois le tableau criminel.

On est sidéré de noter le nombre de parricides : dans les temps les plus anciens, non seulement l’auteur était condamné à la peine de mort, mais auparavant, on le recouvrait d’un voile noir et on lui tranchait le poing avant de lui couper la tête. Tout ça pour avoir voulu anticiper un héritage ou se venger d’un parent violent ou tatillon …

Les femmes ne sont pas en reste : à Gavaudun par exemple, en 1783, Antoinette Guiraud se défend des entreprises de Jean Guipoulou en se saisissant de son membre viril et en lui assénant des coups de son couteau par derrière jusqu’à ce que mort s’en suive … En fuite, la belle a écrit pour demander grâce à Louis XVI qui va lui accorder rémission … Mais en fait, tout ne s’est sans doute pas exactement passé ainsi qu’elle l’a raconté.

Il y a aussi des tueries collectives, à l’arme blanche, au fusil de chasse, des empoisonnements à l’arsenic, des attouchements de petites filles par des nonnes censées les instruire, affaire vite étouffée, le meurtre d’un jeune et sémillant prêtre trop porté sur les femmes, des maris trompés, des dettes criantes à éponger …

Avec le temps, les circonstances atténuantes produisent des sentences moins radicales que le recours aux bois de justice. Parfois de façon difficilement compréhensible, mais c’est le verdict d’un jury populaire à une époque où l’appel n’existe pas, seulement le pourvoi en cassation, rarement accordé. Cependant, la déportation au bagne n'est sans doute pas moins une sanction terrible.

Dans toutes ces affaires, les investigations sont minutieuses et le recueil des preuves méthodique, même en l’absence des techniques que nous connaissons aujourd’hui. Mis devant le fait accompli, tout fonctionnaire n’a qu’un souci : polir ses constatations pour y faire briller les premiers éléments qui lui permettent d’échafauder ou d’étayer son raisonnement. Et pour cela, l’enquête de voisinage est fondamentale : même involontairement tout voisin est un chien policier en puissance. Un horaire inhabituel, un bruit insolite, un comportement exceptionnel … le voisin, le sent, le renifle, le perçoit … Et la reine des preuves reste l’aveu.

Il est tout de même des crimes demeurés à ce jour impunis, comme l’enlèvement de la petite Marion Wagon en 1996, affaire toujours non résolue.

 

 

Les grandes affaires criminelles de Lot-et-Garonne, par Patrick Caujolle, éditions De Borée, 392 p., 26€

Commentaires
M
Quand on lit les revues des sociétés historiques locales on est effaré du nombre de crimes et surtout d infanticides mais cela s explique
Répondre
V
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour le partage !<br /> <br /> Peut-être mon prochain livre. Mon chéri est né en Lot-et-Garonne. <br /> <br /> Bonne journée ensoleillée. <br /> <br /> Véronique.
Répondre
C
La petite histoire à l'ombre de la grande, les faits divers pas si divers que ça, toujours les mêmes et pas tant que ça au fil des époques, c'est fascinant. Ma campagne regorge aussi d'histoires plus ou moins sombres ou cocasses qu'on se chuchote ou qu'on vous raconte en sortant de vieilles coupures de journaux de boîtes en fer.
Répondre