Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
17 avril 2021

et si, pour une fois, on parlait des choses qui vont mieux ?

égalitépro

Deux exemples :

En ce moment, nous sommes invités à remplir notre déclaration de revenus.

Plus exactement, pour la très grande majorité des contribuables, à vérifier que les montants qui sont déjà renseignés par l’Administration fiscale sont exacts, à éventuellement les préciser – changement de situation familiale, erreur ou omission … - et à signer le formulaire, tout ça sans un seul papier … Sauf que moi, je l’imprime pour l’archiver car on ne sait jamais. En foi de quoi, j’apprends quel sera le pourcentage de nos revenus (une pension de fonctionnaire pour mon mari, trois pensions pour moi : Sécurité sociale, ARRCO et AGIRC) qui sera prélevé à la source chaque mois et je ne me soucie plus d'avoir à provisionner les tiers et le solde.

Quand on pense aux violentes polémiques que cette réforme a pu susciter pendant des années, comment les gouvernements successifs qui avaient préparé cette simplification fructueuse pour tous – les contribuables et les finances publiques – en avaient différé l’application, et comment, sans esbrouffe, elle a réussi à s’imposer aussi facilement en France, pays de râleurs congénitaux, on ne peut qu’en être étonnés.

Autre progrès en cours, les actions concrètes – mais si peu visibles – en faveur de l’égalité hommes-femmes dans les entreprises, un sujet qui m’intéresse au plus haut point puisque j’ai trois filles et trois petites-filles.

Remontons à une dizaine d’années : la loi Copé-Zimmerman du 27 janvier 2011 prévoit l’instauration d’un quota de 40% de personnes de chaque sexe dans les conseils d’administration et de surveillance des entreprises cotées (eh oui, l'égalité concerne aussi bien les femmes que les hommes). Les dirigeants des grandes entreprises renâclent, les femmes se sentent humiliées de devoir leur nomination à un quota … ce qui était à l’époque mon sentiment personnel.

A l’époque, la part des femmes dans ces instances plafonnait à 11%. Dix ans après, elles représentent 45%. Force est de constater que l’introduction de quotas a fait exploser – disons fendiller fortement – le fameux « plafond de verre ». Et donc, les chasseurs de têtes ont considéré que les femmes à haut potentiel constituaient un nouveau marché, les femmes se sont formées pour affronter avec succès le monde des hommes. L’effet non prévu est qu’elles ont apporté de la valeur ajoutée dans les conseils d’administration (fait reconnu par le FMI et Mc Kinsey dans différentes études). Il reste à conquérir les places de présidentes …

Un peu plus bas dans l’échelle des salaires, la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » du 5 novembre 2018 instaure une obligation de résultats (et non seulement de moyens) en matière d’égalité salariale dans les entreprises de plus de 50 salariés. A échéance de 3 ans, elle institue une pénalité pouvant atteindre 1% de la masse salariale en cas de non-conformité ou de non-déclaration de l’index* calculé sur différents critères des actions concrètes engagées pour atteindre l’égalité salariale et les opportunités de carrière offertes aux femmes. On mesure la performance, donc on la pilote, on se compare.

Les entreprises sont notées sur 100. Si le score est inférieur à 75, il faut mettre des mesures correctives en place. Aujourd’hui, seulement 2% des entreprises ont un score de 100. En 2020, le score moyen a quand même augmenté de 4 points. Il est de 88 en 2021 dans les grandes entreprises. Le palmarès des entreprises est publié chaque année … C'est stimulant.

La France s’améliore dans certains domaines, en aviez-vous entendu parler ? Et si vous travaillez dans une entreprise de plus de 50 salariés, connaissez-vous le score de son indice d'égalité professionnelle ? Je suppose qu'il doit figurer dans le bilan social ...

*5 critères sont pris en compte dans l’évaluation des inégalités entre les femmes et les hommes dans les entreprises :
• l’écart de rémunération femmes-hommes
• l’écart de répartition des augmentations individuelles
• l’écart de répartition des promotions (uniquement dans les entreprises > 250 salariés)
• Le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité
• Le nombre de femmes parmi les 10 plus hautes rémunérations

 

Source (égalité professionnelle) : préface de Muriel Pénicaud au numéro 503 de la revue des anciens élèves de l’ENA consacré à la softpower.

Commentaires
R
Je suis d'accord avec toi sur toute la ligne .Quelle loi formidable que le prélévement à la source . Comme tu dis, plus besoin de se casser la tète , sauf à vérifier . Comme toi, j'ai différentes sources de revenus en plus des 3 sites j'ai un petit revenu trimestriel de AXA de ce que l'on appelait le "sur salaire" réservé aux cadres . Mais cette particularité couteuse pour les finance de l'état se sont avérés trés intéressante pour nous, et vite stoppé . Par contre , bizarrement le montant versé chaque fin de trimestre n'apparait jamais sur mes relevés il me faut chaque début vérifier qu'il à bien était crédité . Aussi, un manque de vigilance de ma part à fait que je n'est pas vérifié le montant de l'acompte prévisionnel débité chaque mois , au reçu de ma feuille d'impôt et comme étant seul sans enfant le solde à payer d'un bloc à été salé
Répondre
M
C'est voir l'égalité Hommes/Femmes par le prisme CSP+<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> A quand l'égalité H/F dans les emplois dits de première ligne..........les soignants, les caissières, les employés de ménage etc..............avec en plus des horaires non choisis, temps partiel imposé, <br /> <br /> <br /> <br /> Mais ces emplois ne rentrent peut être pas dans les statistiques de l'ENA ou autres; il faut aller chez Attac, ATD Quart monde etc.........
Répondre
Visiteurs
Hier 841
Depuis la création 7 329 774