Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
8 avril 2021

Ian Kershaw, historien de l'Europe en enfer

Ian Kershaw

Mettre de l’ordre dans ses livres d’histoire donne lieu à des redécouvertes ou simplement à de nouvelles lectures. Ainsi en est-il des ouvrages fondamentaux de l’historien britannique Sir Ian Kershaw (né en 1943) dont nous avons, mon mari et moi, lu l’essentiel des ouvrages.

Pourquoi suis-je en ce moment particulièrement sensible à l’histoire de l’Europe au cours du XXème siècle et plus précisément à ce qui s’est passé en Allemagne depuis les prémices de la Grande Guerre à nos jours ? Sans doute parce que l’Europe est aujourd’hui au cœur d’une crise sans précédent et que je m’interroge, non pas pour moi-même – « j’ai fait mon contrat » comme dirait une de mes filles – sur l’avenir réservé à mes enfants et mes petits-enfants.

Ian Kershaw est LA référence en matière d’analyse des faits et circonstances qui expliquent comment la dictature nazie s’est installée dans le pays le plus important d’Europe, après l’humiliation du traité de Versailles et la grande dépression économique des années 30.

Il est notamment l’auteur d’une magistrale biographie d’Hitler – plus de 1000 pages absolument passionnantes - bien accueillie en République Fédérale Allemande qui le fit Officier de l’Ordre du Mérite en 1994.

Mes interrogations portent sur les risques que notre pays, au sortir de la crise sanitaire, ne bascule vers des solutions populistes exrêmes – de droite comme de gauche – qui ne feraient que l’enfoncer davantage au lieu de le sortir du pétrin.

IMG_2035 (2)

Un des livres de Ian Kershaw les plus éclairants sur la période 1919 – 1949 : L’Europe en enfer décrit de façon tout à fait limpide comment et pourquoi les systèmes démocratiques ont réussi dans certains pays européens à surmonter les difficultés économiques et politiques et pourquoi dans certains autres, la démocratie parlementaire a été détruite par des régimes autocratiques – dans le meilleur des cas – ou par de cruels modèles totalitaires.

A la veille du second conflit mondial, la démocratie a été résiliente dans seulement onze pays : Grande-Bretagne, Irlande, Suisse, France, Belgique et Pays-Bas, Danemark, Norvège, Suède, Finlande et Islande, malgré l’émergence de mouvements d’extrême-droite puissants. Tous ces pays avaient été victorieux ou neutres pendant la Grande Guerre. Mais près des trois cinquièmes des Européens (à part l’Union soviétique) vivaient dans seize Etats sous une forme ou une autre de régime autoritaire ou répressif, où les droits civils étaient réduits, les minorités discriminées et persécutées. Seule la Tchécoslovaquie avait résisté jusqu’à sa destruction par l’invasion allemande en 1939. L’échec de la démocratie dans les Etats successeurs de l’Autriche-Hongrie fut l’indicateur le plus clair de la faillite du règlement d’après-guerre.

Claude avait écrit en 2017 une chronique sur ce premier tome, que je suis en passe de terminer. Je viens d'acheter la suite parue en 2020. Mais il me faut le temps d'assimiler encore plus de 700 pages !

Bien évidemment, nous n’en sommes pas là …. Mais les hommes sont ce qu’ils sont et les dangers demeurent d’une crise profonde de légitimité de notre système politique. C’est dans l’histoire que nous puisons les éléments de réponse pour envisager l’avenir. Les politiques économiques restrictives de diminution des dépenses publiques mises en œuvre au lendemain de la crise de 1929 ont été catastrophiques …

Nous pouvons espérer aujourd’hui que de telles erreurs ne se reproduiront plus. La compréhension des phénomènes sociaux de jadis est indispensable à la maîtrise des politiques de demain.

Commentaires
K
@Biche : également, mes premières et dernières lectures de mes journées sont ce blog ; je m'amuse de n'y avoir pas accès le matin....car je devine que les prochaines lignes sont en cours de rédaction. Plaisir du quotidien.
Répondre
B
Le modèle économique des plateformes de blogs comme Canalblog est la gratuité pour les contributeurs et les visiteurs. Mais seule la publicité permet leur financement. En acceptant les cookies, vous contribuez à la survie de cette technique de communication. Jusqu'ici, on n'était pas conscients de ces traces laissées par nos passages. Aujourd'hui il faut explicitement les accepter. Chacun décide de son choix. Vous pouvez continuer à consulter les blogs de façon gratuite, mais vous savez que vous laissez les cookies ... tout comme avant !<br /> <br /> Sinon, vous ne consultez plus, ou vous participez au financement. C'est votre choix et quel qu'il soit, il est respectable.
Répondre
J
Comme vous je suis inquiète de l’avenir et crains le populisme avec le risque d’émergence d’un régime autoritaire, mon inquiétude est surtout pour mes enfants et petits enfants.<br /> <br /> Douce journée
Répondre
B
Bonjour bigmammy, fidèle silencieuse mais admirative et très attachée à vos billets,vous êtes là première que je lis en ouvrant mon ordinateur le matin,je suis effarée par l'attaque agressive de Canalblog quant à l'acceptation des cookies,on paye ou on subit! Mais que doit on faire? Pouvez-vous y remédier ? Bien sûr je vais continuer à vous suivre parce que vous m'apportez de grands pans d'instruction que je n'ai jamais eu. Bien à vous. Biche
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 642
Depuis la création 7 349 273