Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
31 octobre 2021

Le miroir magique, par Jean Frémon

 

Frémon

Voilà un joli livre d’art, qui parle de peinture et plus particulièrement de la technique du portrait, mais ne comporte aucune illustration. Paradoxe ? Pas du tout.

Car pour la plupart des œuvres commentées, racontées et décryptées, les amateurs de peinture les ont en tête, et apprécieront la lecture littéraire que l’auteur en délivre.

Des figures figées de l’Antiquité – les portraits du Fayoum – aux autoportraits déments de Jean Dubuffet, du ciseau magique de Bernin donnant vie au buste de Louis XIV pour « fixer le fugitif, retenir l’éphémère, exalter l’instant », en passant inévitablement par les multiples autoportraits de Rembrandt …

Le sujet a déjà été évoqué de façon scientifique par Philippe Abastado dans son livre « La naissance de l’humain en peinture » expliquer comment saisir le vivant d'hier à travers ses représentations picturales, comment « capter » la fragile corporéïté des hommes du passé, leur manière de vieillir ou de montrer des stigmates de maladies ?

Lui aussi s’est intéressé de près à la figure maintes fois répétée de Rembrandt par lui-même.

 

D Hockney

 

Dubuffet autoportrait

Bernin

 

queen-freud07nw1

« Le miroir magique » est le titre que Goya donna à une suite de dessins où l’on voit des personnages en pied devant une psyché. Mais dans le miroir, vêtu du même habit, on voit un animal …

 

Norman Rockwell

Une foule d’anecdotes, des descriptions plus vraies que nature d’œuvres connues et de tableaux modernes, une galerie de portraits de peintres qu’il appartient au lecteur de situer – mieux vaut une tablette connectée à Google Images pour en visualiser certaines, mais ce n’est pas indispensable.

 

Ingres M Bertin

L’auteur cite pêle-mêle une pléiade d’artistes passés et contemporains : dont Norman Rockwell, Albrecht Dürer, Saul Steinberg, Ingres, avec une tendresse particulière pour David Hockney qu’il nomme plus de 20 fois au cours de ces 47 chapitres.

Eh bien du coup : j’ai pris une réservation pour aller au musée de l’Orangerie découvrir la fresque "A Year in Normandie" qu’il y expose …

 

 

Le miroir magique, essai de Jean Frémon, Editions P.O.L., 333 p., 21€

Commentaires
Pages
Visiteurs
Hier 642
Depuis la création 7 349 273