Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
29 mai 2017

Sainte-Marguerite, bijou baroque entre la Bastille et la Nation

 

P1210674

Nichée derrière les arbres du square Raoul Nordling (le consul de Suède qui a tiré des griffes allemandes 3245 prisonniers politiques en 1944), longée par l’esplanade Marie Dubas (une chanteuse de ma jeunesse dont le nom ne dit plus rien à personne) : une église paroissiale dont rien ne laisse supposer qu’elle recèle de magnifiques œuvres d’art.

Dédiée à la population artisanale et ouvrière du faubourg Saint Antoine, l’église a été construite en 1624, puis agrandie entre 1760 et 1762 par Victor Louis (l'architecte du grand théâtre de Bordeaux).

C’est cette chapelle magnifique placée à gauche du chœur qui mérite le voyage.

P1210677

Car sa décoration, entièrement en trompe l’œil, a été confiée à Paolo-Antonio Brunetti.

Nous avions découvert ce décor unique à l’occasion de la visite de l’exposition « Le baroque des lumières » et nous souhaitions aller le voir in situ. Cela valait l’expédition dans ce quartier Saint-Bernard, si calme en ce week-end allongé …

P1210678

P1210683

P1210684

P1210685

 

passage

La chapelle des âmes du purgatoire offre en effet une superbe perspective : douze colonnes évoquant les apôtres ou les tribus d’Israël, une frise qui décrit la mort de Jacob en Egypte et ses funérailles, un plafond en berceau à caissons, deux sarcophages, un autel en forme de tombeau. On a bien du mal à distinguer ce qui relève de la peinture et ce qui est réellement en relief.

Au-dessus de l’autel, une toile imposante de Gabriel Briard met en scène le passage des âmes du purgatoire au ciel par l’entremise des prières des vivants,  un thème fort prisé par les tenants de la Contre-Réforme.

Malgré le côté sinistre de l’évocation du purgatoire, le décor de cette chapelle est d’une sublime et surprenante beauté. C’est un des rares décors baroques encore subsistant à Paris, récemment restauré, et qui invite à la réflexion sur la mort, la communion des saints, l’espérance en la résurrection.

Bref, une belle occasion de visite culturelle – si ce n’est spirituelle, dans le grand calme et la fraîcheur de cet été précoce.

Eglise Sainte-Marguerite, 36 rue Saint-Bernard – 75011 Paris – le dimanche 10h – 12h 30, du lundi au samedi : fermeture entre 12 et 14h.

Commentaires
M
Cette église me rappelle Ste Marie des Batignolles (rue Legendre) quand enfant le sermon nous ennuyait on essayait de compter les angelots mais jamais le même nombre!!!
Répondre
P
MERCI POUR CE PASSIONNANT PARTAGE.<br /> <br /> MOI AUSSI ME SOUVIENS TRES BIEN DE Marie DUBAS et j'apprend, grâce à vous, qU 'une esplanade parisienne porte son nom .
Répondre
J
Tout le monde n'a pas oublie Marie Dubas, qui crea mon Legionnaire avant Edith Piaff. Et qui fut interdit de scene par Vichy (Elle etait Juive). <br /> <br /> Merci pour ce petit coin de Paris, si loin de Bangkok...<br /> <br /> Cordialement
Répondre
C
L'eglise de mes jeunes annees.... au siecle dernier ! elle a bien changé ! En mieux.... toute mon enfance revient....
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 756
Depuis la création 7 311 189