Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
21 septembre 2015

Sainte-Chapelle royale de Paris

sainte-chapelle-1

P1180191

Nul besoin de se mobiliser spécialement ce week-end de septembre pour découvrir, ou plutôt redécouvrir les merveilles du patrimoine qui sont à notre portée et pour lesquelles il faudrait vivre bien plus d'une vie de loisirs pour toutes les visiter. Je regardais hier la queue des candidats à la visite de l’hôtel Matignon, rue de Varenne … Il est évident que les lieux de pouvoir fascinent. Mais cela doit être hyper fatigant !

Nos pas nous avaient conduits cette semaine aussi à faire environ une heure de queue pour admirer la Sainte Chapelle. Mais le contrôle est effectué par la gendarmerie, puisque ce joyau unique de l’art gothique est enchâssé dans l’une des cours du Palais de Justice, l’ancien palais du roi de France. La file d’attente avance cependant de façon régulière et l’émerveillement en vaut largement la peine.

Je ne me souvenais plus très bien de ma précédente visite, avec mon père, il y  plus de cinquante ans. Finalement, ce qui nous a incité à y revenir, c’est la restauration des vitraux et une certaine émission de télévision … Voilà ce qui constitue la véritable culture populaire.

 

P1180164

P1180165

Quelques étonnements de nature politico-économique : la chapelle a été édifiée entre 1242 et 1248(seulement !) pour abriter les saintes reliques (la couronne d’épines du Christ, des fragments de la vraie croix, etc …) achetés à prix d’or par Louis IX après les avoir négociées pendant plus de deux ans auprès de Baudoin II de Courtenay. On évoque le prix de 135000 livres tournois en 1238 soit la moitié du revenu du domaine royal. Et davantage que le coût de la Chapelle elle-même. Comme quoi, les dépenses somptuaires, engagées aux fins de propagande pour faire de Paris une nouvelle Jérusalem remontent à bien plus longtemps que les manies architecturales de nos hommes politiques. Aujourd’hui, le dada, ce sont les Jeux Olympiques …

P1180166

P1180172

P1180173

P1180184

P1180169

Faisons abstraction des restaurations importantes dont le monument a bénéficié, en particulier au XIXème siècle, sous la responsabilité de Félix Duban (le même qui réinterpréta le château de Blois). Pour l’extérieur, sachons que les portails sont dus au sculpteur Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume, et que la nouvelle flèche, savamment ouvragée, fut dessinée en 1850 par Lassus et réalisée selon les techniques du Moyen-Âge.

On a donc deux chapelles superposées : une basse, où venait prier le peuple, et une haute destinée au roi. En bas, on a réinventé la polychromie des murs telle qu’elle devait apparaître au  Moyen-Âge dans toutes les églises …

Ce qui est dommage, c’est que l’espace est actuellement occupé par les boutiques de souvenirs qui nuisent à une saine préparation au choc artistique de l’espace supérieur. En haut, c’est l’élégance de la voûte qui prime. Pour obtenir une si grande hauteur, on aura remarqué à l’extérieur les contreforts verticaux pourtant très discrets malgré leur masse et, grande novation au XIIIème siècle, un chaînage métallique transversal invisible car noyé dans les interstices des verrières.

P1180177

P1180185

P1180187

 

P1180194

Le choc est garanti au débouché de l’escalier en colimaçon conduisant à la chapelle haute : tout est légèreté, envolée, couleurs et ors. Il y a 1113 panneaux comme suspendus qui furent réalisés en moins de quatre ans, disposés en 15 verrières de 15,35 m de haut sur 4,25 m de large. L’agencement de chacune des verrières est différent : des losanges, des formes quadrilobées, des carrés, des mandorles … Des scènes de la bible, évidemment, et de l‘invention des saintes reliques par Hélène, mère de l’empereur Constantin, des combats, des chevaliers en armures …

Toute l’iconographie des croyants du temps des cathédrales, en technicolor de l’époque : les matières tinctoriales utilisées étaient alors le cobalt pour le bleu, le cuivre pour le rouge et le vert, le manganèse pour le pourpre, l’antimoine pour le jaune, la grisaille pour les visages et les détails.

P1180176

P1180186

P1180188

P1180193

On ne sait plus où poser le regard, c’est gai, vivant, pas très solennel : une fête pour l'esprit qu'il faudrait avoir le temps de détailler et qui laisse les spectateurs quasiment muets.

Bien plus recueillis qu’à la Chapelle Sixtine, selon mon souvenir.

Commentaires
C
Ils sont magnifiques ces vitraux. Je suis toujours en admiration devant ce travail d'artistes, chaque fois que je visite ces édifices.<br /> <br /> Bonne soirée .
Répondre
P
Merci pour ces renseignements, je vais essayer sur un petit ouvrage. Je vais chercher dans mes catalogues tricot, <br /> <br /> Bonne soirée<br /> <br /> Domie
Répondre
P
Bonjour,<br /> <br /> <br /> <br /> Je viens tous les jours vous lire sur votre site, c'est ma bouffée d'air pur, j'aime la façon que vous avez de rédiger vos messages, et cela me donne souvent envie de faire soit une recette, soit l'achat d'un livre. C'est pourquoi aujourd'hui, je vous sollicite pour vous demander ce qu'est la technique top-dowm en tricot ? j'ai un petit garçon de 5 ans qui est grand pour son âge, et je dois lui tricoter les pulls en 8 ans, mais en se moment, je ne trouve rien qui me conviennent vraiment, peut-être avez vous des idées.<br /> <br /> Je vous souhaite une belle et bonne journée<br /> <br /> Très cordialement<br /> <br /> Domie
Répondre