Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
15 avril 2022

Richard Wallace, collectionneur et mécène francophile

Richard Wallace

Ou l’itinéraire d’un bâtard gâté.

Sir Richard Wallace (1818 – 1890) fut un collectionneur, philanthrope, membre du Parlement britannique, francophile et mécène. Né d’un très jeune père issu de la noblesse et d’une mère elle aussi d’une famille noble mais ruinée, il est élevé par sa grand-mère paternelle qui l’emmène à Paris. Il y fréquentera Gustave Flaubert, Théophile Gautier, Eugène Delacroix, Charles Baudelaire …

En 1842, il prend le nom de sa mère et devient le bras droit de Lord Hertford – son père biologique - qui réside dans sa propriété de Bagatelle - il s’occupe de la collection du marquis composée de tableaux et de mobilier du XVIIIème français, d'armures, d'objets d’art et de ses biens. Il héritera de la fortune de son père lors de son décès en 1870.

Fontaine Wallace1

place laurent terzieff pascale de boysson

Il apporte son soutien financier à la France après les ravages de la guerre franco-prussienne, pourvoit au ravitaillement, finance un hôpital franco-britannique à Levallois-Perret, contribue à la Société de secours aux blessés. Adolphe Thiers le fait Commandeur de la Légion d’honneur, la reine Victoria le fait baronnet.

Richard Wallace est ému devant les destructions de la guerre de 70 et de la Commune : beaucoup de canalisations sont détruites et la distribution gratuite d’eau potable à Paris va trouver avec lui sa solution.

Il va financer la conception et la réalisation de fontaines à boire, la Ville de Paris se chargeant de la plomberie et le raccordement au réseau. Ces fontaines sont créées par le sculpteur Charles-Auguste Lebourg et fabriquées par les fonderies du Val d’Osne (en Haute-Marne), qui en conservent religieusement les dessins et les moules.

Ces fontaines s’inscrivent dans le mouvement hygiéniste. La première est installée en 1872 sur le boulevard de la Villette. De 63 en 1893, on en compte environ 120 aujourd’hui, mais elles ne coulent que de mi-mars à la fin de l’automne pour éviter le gel.

La plus proche de chez moi est située sur la petite place Laurent Terzieff et Pascale de Boysson, ce si joli triangle que forment les rues Vavin et Bréa.

En 2022, anniversaire oblige, une soixantaine seront restaurées. Elles sont repeintes tous les cinq ans … certaines ont été repeintes dans des couleurs flashi récemment, mais cela ne semble pas du goût de tout le monde : le vert leur sied fort bien … et elles sont bien plus belles que les bornes en inox qui parfois les remplacent !

Merci à Bruno L. qui m’a envoyé la page du Figaro du 27 février et m’a donné l’idée de cette chronique. Et je me souviens surtout avec émotion de la visite à Londres de la Wallace Collection, musée national essentiellement consacré aux arts décoratifs français du XVIIIème siècle, puisque l’hôtel particulier et toutes les collections furent légués à la nation britannique par la veuve de Richard Wallace, française d’origine modeste.

Commentaires
Pages
Visiteurs
Hier 830
Depuis la création 7 354 430