Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
15 août 2017

Repasser des souvenirs

Les vacances, c'est l'occasion de faire des trucs qu'on ne fait pas en temps ordinaire.

 

P1220003

 

Pour moi, c'est par exemple assurer le repassage, puisqu'à Paris, j'ai une fée du logis qui s'en charge. Et c'est souvent un plaisir ici.

Par temps de chaleur étouffante, je travaille dans une pièce semi-enterrée, toujours fraîche, pleine de livres et de jouets d'enfants. Et c'est là qu'on se rend compte que les hommes et les femmes, du strict point de vue du linge, ce n'est pas pareil : pour nous les femmes, beaucoup moins de linge à repasser : des tops qui sèchent tout seuls, des leggins qui n'ont pas besoin de coup de fer. Pour ces messieurs, c'est autre chose : au moins un mouchoir et une chemise chaque jour, un pyjama tous les 3 jours ...

J'aime surtout repasser le linge plat : avec une centrale à vapeur, cela va très vite. Et je retrouve les éléments de mon trousseau de jeune fille : dans cette maison, bien des objets vivent leur dernière vie. Pas seulement les livres qui s'entassent, mais les parures de draps dont les couleurs ont pâli, les nappes brodées dont je ne me sers jamais - il y a longtemps que j'ai adopté une nappe cirée de chez Jean Vier -  les serviettes assorties à des services de table dont on n'utilise jamais la nappe, les torchons - des gros pour les casseroles, des ultra-fins pour les verres.

Des souvenirs s'attachent à ces banales pièces de tissu. Chacune me parle. De Pologne, du temps du rideau de fer, mon père rapportait des métrages de lin destinés à confectionner des torchons, que ma mère transformait en serviettes de table. Elles sont si finement ourlées que l'on a de la peine à discerner l'endroit de l'envers ... et d'une solidité à toute épreuve. Il y a aussi les serviettes de coton éfrangées, fabriquées à Abidjan, apportées ici par Jacqueline et Pierre Briot. Les torchons "Fleur Bleue" achetés juste avant notre mariage, pleins de trous aujourd'hui mais auxquels je tiens énormément. En les pliant, je m'efforce de maintenir ces blessures à l'intérieur.

Une corvée pour certaines, mais pour moi, des souvenirs  à toute vapeur... Un temps de tranquillité dans la fournaise de la sièste ... Des petits bonheurs utiles. 

Commentaires
S
Moi aussi je suis attachée ainsi aux "petites choses" de la vie .<br /> <br /> Par contre , suite à un gros problème à une épaule , après avoir toujours pas mal repassé , je ne repasse presque plus rien .<br /> <br /> Mon mari avait du coup été obligé de repasser ses 7 chemises hebdomadaires .<br /> <br /> Au début le résultat n'était pas terrible . Et petit à petit ça a été de mieux en mieux. ..
Répondre
M
D'accord pour repasser les souvenirs, mais les chemises et les pyjamas, c'est non !... Mon mari est prié de porter des t-shirts et des polos -que je me contente de mettre en forme sur un cintre- pendant les vacances, et un vieux t-shirt fait également office de pyjama.<br /> <br /> Comme vous j'attache une grande valeur à mon linge usé.
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 756
Depuis la création 7 311 189