Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
16 octobre 2023

Retour d'Asie, exposition au musée Cernuschi

affiche Cernushi

Le musée Cernuschi, blotti à la lisière du parc Monceau, célèbre les 150 ans du retour de voyage de son créateur Henri Cernuschi (1821-1896) par l’exposition de quelques merveilles de ses collections.

A l’âge de 50 ans, Henri Cernuschi partit pour 16 mois pour un passionnant et fructueux voyage avec son ami et critique d’art Théodore Duret (1838- 1927), qui les conduisit du Japon, en Chine, en Indonésie, à Ceylan et en Inde.

Cernushi portrait

Cernushi2

Cernushi5

De 1871 à 1873, ce sont près de 5000 œuvres d’art - bronzes, céramiques, peintures, estampes, objets en bois laqué et sculpté, photographies ou livres illustrés - qui voguent sur les océans jusqu’à Paris.

Les objets d’art chinois et japonais rassemblés exercent immédiatement une fascination considérable sur les artistes et artisans de l’époque, et deviennent des modèles pour toute une génération de créateurs en Europe.

Cernuschi est issu d’une famille juive d’industriels milanais. Avocat, républicain, il a été contraint de s’exiler en France pour des raisons politiques en 1852. Banquier, il entre au conseil d’administration du Crédit mobilier. Expulsé par Napoléon III, il revient à Paris en 1870, participe à la Commune, obtient la nationalité française en janvier 1871, compte parmi les fondateurs de la banque de Paris et des Pays-Bas dont il devient président. Il était l’ami de Gambetta, Zola, Sarah Bernhardt, Edmond de Goncourt …

brûle-parfum

Fudo Muyo

vases-antiques-chinois

vase carpes

pompon cerf

L’exposition retrace les étapes du voyage et met en lumière les objets qu’il a acquis en cours de route et qu’il va exposer à plusieurs reprises à son retour, dès 1873 au Palais de l’industrie, puis en 1880 et 1883. En particulier les bronzes chinois et japonais qui vont profondément influencer les artistes de son temps.

J’ai beaucoup apprécié les fabuleux bronzes antiques qui datent de plusieurs siècles avant notre ère et révèlent la maîtrise des techniques de fonte des artisans asiatiques.

Les motifs d’entrelacs si caractéristiques de l’art d’extrême orient y sont déjà largement représentés. Les magnifiques sculptures animalières – des brûle-parfums – ont impressionné bien des sculpteurs français, et tout spécialement François Pompon (1855-1933) avec ses formes lisses et épurées. Et aussi Emile Reiber qui s’inspira d’un vase de bronze à deux carpes (époque Edo) dressées pour la maison Christofle.

Céramiques, laques, tsubas (gardes de sabre) et netsukes, peintures – dont le petit livre qui raconte l’histoire de l’averse automnale (époque Edo) qui a été choisi pour illustrer l’affiche de l’exposition.

On appréciera aussi la clarté des cartels, le choix judicieux des objets, le parcours bien balisé de cette exposition relativement restreinte mais qui donne envie d’en savoir plus sur les arts asiatiques.

Je termine en rappelant qu’Henri Cernuschi fit construire en 1875 cet hôtel particulier à l’usage de musée – où il vécut au milieu de ses collections - et dont il fit don à la Ville de Paris à condition qu’il porte son nom.

 

 

Retour d’Asie, un collectionneur au temps du japonisme, exposition au musée Cernuschi jusqu’au 4 février – 7 avenue Velasquez – Paris 8ème – jusqu’au 4 février, ouvert à partir de 10h sauf le lundi, 10€.

Commentaires
Pages
Visiteurs
Hier 750
Depuis la création 7 351 468