Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
25 septembre 2023

La cité des rêves, polar de Don Winslow

Winslow 2023

Suite de la trilogie annoncée comme étant l’œuvre finale de Don Winslow, voici donc la « saison 2 » ….

J’avoue ne pas avoir assez de réminiscences de mes études de lettres classiques et des épopées homérienne et virgilienne (l'Illiade et l'Enéide) pour avoir décelé, dans le foisonnement des personnages, les correspondances avec les héros antiques – j'ai toujours préféré l’Odyssée …

Cependant, on s’attache vite à Danny Ryan, le sympathique et vulnérable héros fuyant le brasier du Rhode Island avec sur le dos son père Marty et dans les bras son jeune fils Ian. Une fuite d’est en ouest, de Providence à Los Angeles, la Mecque du cinéma.

Trop catholique, ce jeune braqueur irlandais, trop scrupuleux ce tueur qui épargne à tort la vie de ses ennemis, trop pétri des valeurs chrétiennes. Malgré son « arrangement » avec les autorités fédérales, il ne peut s’empêcher de retomber amoureux d’une actrice aussi sublime que paumée et de s’afficher avec elle dans les tabloïds alors que tout devrait l’inciter à disparaître en-dessous des radars. Car sa rédemption ne lui a pas laissé que des amis.

Mais voilà, c’est le sort des mafieux : « Le problème des petits boulots : c’est du boulot. Et un mafieux ne devient pas mafieux pour travailler. Ce n’est pas sa vision du monde. » C’est bien le dilemne des ex collaborateurs de Danny. Cela va lui coûter cher, à lui et aux personnes qu’il aime.

Après le premier volet un peu déroutant de la saga, je me suis habituée au style plus tranchant de l’auteur. Des dialogues sans fioritures, des décors réalistes, des plongées dans des trips particulièrement évocateurs … une traduction impeccable.

Ce n’est pas exactement de la même veine que « La griffe du chien » et ses prolongements, mais on s’y fait très vite. Cependant, l’inconvénient avec l’arrière plan de l’Iliade, c’est qu’on sait a priori que le héros ne mourra pas à la fin de cet épisode …

La Cité des rêves, polar de Don Winslow – City of Dreams – traduit de l’Anglais par Jean Esch, publié chez Harper et Collins NOIR, 430 p., 22,90€

Commentaires
Pages
Visiteurs
Hier 736
Depuis la création 7 312 689