Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
29 juin 2023

Le trêtre, roman de Vladimir Volkoff (1972)

 

le-tretre

Voici le troisième roman de Vladimir Volkoff que je lis en moins d’une quinzaine de jours.

Et en fait, celui-ci a été écrit avant les deux autres. Publié sous pseudonyme en 1972, réédité avec une postface en 1983, il précède Le Retournement (publié en 1979) et Vladimir, le soleil rouge (publié en 1981).

Ces trois ouvrages « traitent » des mêmes thèmes : l’infiltration, la dénonciation d’opposants, l’allégeance à deux maîtres, la conversion.

Je pensais jusqu’à aujourd’hui que le pouvoir soviétique avait mené une guerre efficace à toute forme de religion et en particulier à la hiérarchie orthodoxe. Et naturellement, je m’étais étonnée de constater, dès l’effondrement de l’URSS, combien était restée vivace parmi le peuple russe, la foi et ses rituels … J’ignorais l’évolution pragmatique des relations entre l’église et le pouvoir, même au cœur de la période stalinienne la plus sombre.

 

vladimir-volkoff

Car pendant la Seconde Guerre mondiale, le régime soviétique a adopté une approche plus tolérante envers l'Église orthodoxe. Le besoin de mobiliser le soutien de la population a conduit le gouvernement à tolérer partiellement la pratique religieuse. Certains prêtres ont été autorisés à servir comme aumôniers militaires et l'Église a été autorisée à collecter des fonds et à mener des activités caritatives.

Après la mort de Staline en 1953, la politique envers la religion orthodoxe a connu des fluctuations. Les persécutions se sont atténuées, mais la surveillance et le contrôle gouvernemental sont restés. Les églises ont été autorisées à rouvrir, mais elles étaient toujours soumises à des restrictions et à une ingérence gouvernementale importante.

C’est dans ce contexte que se situe l’histoire du père Grigori …

Lieutenant de l’Armée Rouge recruté dans les services secrets à la fin de la grande Guerre patriotique, le jeune Grigori, fils d’anciens hobereaux, a reçu pour mission secrète de devenir pope, et si possible évêque, afin de dynamiter le moment venu la foi de ses ouailles de l’intérieur. Il suit donc les études au séminaire, se fait ordonner prêtre – et pour cela, il doit se marier – tient ce rôle parmi ses paroissiens pendant une vingtaine d’années. Parallèlement, il tient un fichier de toutes les personnes qui continuent à pratiquer leur foi, font baptiser leurs enfants, en dépit des directives gouvernementales.

Jusqu’au jour où sa hiérarchie militaire le rappelle à ses devoirs : ne serait-il pas « passé de l’autre côté » ? Ne se serait-il pas retourné et converti ? Aurait-il été touché par la grâce, à force de singer la liturgie, si profondément émouvante ? Qu’en sait-il lui-même ?

L’éveil d’un agent dormant des décennies après son infiltration en milieu ennemi, la porosité d’une âme plongée dans un environnement qu’il est chargé de miner de l’intérieur, la résilience des liens culturels et familiaux malgré l’endoctrinement politique sont la trame de ce roman plein d’humour et de spiritualité.

Je continue à explorer l'oeuvre de cet auteur français qui eut en son temps un grand succès et je glane des éléments pour mieux comprendre le comportement des Russes contemporains. Le tout d’une écriture imagée et limpide. Une leçon pratique de duplicité et une mise en garde à l’attention des candidats à l’immersion en terrain étranger.

 

Le Trêtre, roman de Vladimir Volkoff, réédité en 1983 chez Julliard, collection l’Age d’homme, 212 p.

Commentaires
M
C’étaient les livres de mon mari ! Nous n’avions pas les mêmes goûts en matière de lectures…
Répondre
M
Merci HK19
Répondre
H
@Marie : combinaison de traitre et de prêtre.<br /> <br /> <br /> <br /> Si je comprends bien vous l'aviez acheté sans le lire, entreposé en vue d'une lecture future, comme pour beaucoup d'autres ? <br /> <br /> C'est quelque chose que j'étais incapable de faire (sauf pour quelques mois : les quatre tomes des Humeurs de la mer, du même Volkoff, étaient arrivés sous le sapin de Noël, et je me revois l'été suivant, dans notre maison de vacances loin de tout, échanger les volumes avec mon mari, en ponctuant notre lecture d'exclamations admiratives), mais je relis très volontiers.
Répondre
M
Pourquoi cette orthographe du titre ?
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 642
Depuis la création 7 349 273