Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
26 mai 2023

Petit traité du vieillissement heureux, essai de Philippe Abastado

Ph Abastado

Malgré son titre et surtout le bandeau qui en accompagne la couverture, il ne s’agit pas ici de littérature du genre « feel good » mais d’un essai de philosophie, rédigé par un cardiologue doté d’une très vaste culture littéraire et artistique et d’une longue pratique médicale.

Parmi quelques références souvent citées, on retiendra (entre autres …) Simone de Beauvoir, Laure Adler, Spinoza, Lévinas, Bergson, Nietsche, Roland Barthes, Michel Foucault, Georges Canguilhem, Cicéron, Platon, Montaigne, Descartes, Bossuet … sans oublier les grands maîtres de la peinture

A l'appui du propos, quelques analyses statistiques et réponses à la question fondamentale que se posent tous les vieux – ainsi l’auteur les nomme-t-il sans circonlocutions : « Pourquoi je vis ? pour qui suis-je encore là ? »

Le bien vieillir est un travail difficile : lâcher prise, ne pas se laisser envahir par la peur, accepter sa vulnérabilité, la solitude. C’est aussi changer de personnalité face à des bouleversements multifactoriels. Avec la perte d’utilité sociale – la retraite – les repères s’effondrent, on a vite fait de se sentir « en trop ».

Philippe Abastado évoque avec sensibilité des questions qui divisent : la vie en EHPAD, la fin de vie. Selon lui, « la question de l’euthanasie semble se résoudre dans un consensus qui n’est qu’étouffement du débat par la force du discours d’une minorité agissante. »

Il parle du respect de la dignité de la personne quel que soit sont état de santé, de l’appartenance sociale, donne de exemples de la poursuite de la création artistique malgré le grand âge.

Il nous fait partager son expérience de médecin confronté à la souffrance de ses patients et qui nourrit sa réflexion de leurs conversations, remarquant que les femmes sont plus prolixes que les hommes car « l’homme rumine et est plus taiseux ».

Parmi les réponses à la question « A quoi sert la personne âgée ? » il formule plusieurs pistes et surtout en privilégie une : l’amour.

« Pour qui je vis ? – Par et pour l’autre. »

 

Petit traité du vieillissement heureux, Oui, la vie commence à 70 ans, essai de Philippe Abastado, publié par Albin Michel, 284 p., 21,90€

Commentaires
K
Au final, diriez vous que c'est un ouvrage positif, négatif, revigorant, déprimant ? Lucide ?
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 736
Depuis la création 7 312 689