Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
5 avril 2023

L'étrangleur d'Edimbourg, polar de Ian Rankin

 

ian Rankin 1

Piégée … Après la lecture des quatre livres d’Alan Parks, j’avais fureté pour en savoir plus sur le mouvement littéraire « Tartan noir », l’école du polar écossais.

J’ai donc voulu faire une incursion dans l’œuvre d’Ian Rankin, l’un des maîtres du genre … et j’ai commencé par le premier épisode (1987) de la série des enquêtes de l’inspecteur-adjoint John Rebus. C’est fatal, je vais forcément lire les 23 suivantes.

C’est la règle du jeu : le personnage principal est un policier torturé par un passé dramatique, il ne suit pas toujours les règles imposées, boit et fume plus que de raison, est généralement divorcé et souffre de ne pas voir assez souvent son ou ses enfants. Le portrait d’un anti-héros auquel les des drames personnels confèrent une attitude parfois déconcertante.

C’est tout à fait le cas de John Rebus. Né à la fin de la guerre – c’est donc mon contemporain – le premier roman de la série le situe autour de 1987 à l’âge de 42 ans.

Grand, mince, les cheveux bruns, les yeux verts. Il a quitté l’armée où il avait été sélectionné pour faire partie des SAS, a rejoint la police à Edimbourg, ville d’apparences, touristique mais gangrenée par le trafic de stupéfiants.

Un assassin de très jeunes filles nargue la police. Curieusement, il adresse des messages abscons à Rebus, comme s’il cherchait à se faire prendre. Mais pourquoi s’en prendre à lui, justement ? Rien ne semble relier les quatre jeunes victimes qui n’ont subi aucune atteinte sexuelle. Simplement, étranglées.

C’est un roman très court, dense, qui fouille au tréfonds de la psychologie de ce héros fortement ébranlé par une expérience de jeunesse qu’il s’efforce de refouler mais qui le replonge périodiquement dans une dépression difficilement soluble dans le whisky.

Les personnages secondaires sont attachants : Michael, le frère de John, qui a repris le métier de leur père hypnotiseur de music-hall, les collègues du commissariat, le commissaire Anderson, la référente presse et inspecteur principal Gill Templer, le journaliste Jimmy Stevens qui mène sa contre-enquête …

Comme à l’accoutumée, le nœud de l’intrigue trouve sa solution dans les dernières pages, haletantes, et donne immédiatement l’envie de connaître la suite des aventures de John Rebus …

L’étrangleur d’Edimbourg – Knots ans Crosses – roman de Ian Rankin (1987) traduit par Frédéric Grellier, Livre de poche, 286 p., 7,70€

 

Commentaires
J
Merci pour cette référence bibliographique, je ne lis que très rarement des romans policiers mais votre post m’incite à lire ce livre. Agréable journée.
Répondre
B
Moi aussi j’ai lu Ian Banks, lu les 23 au fil des années, suivi Banks et son ennemi Big Ger Cafferty, on suit aussi en même temps les évolutions de l’Ecosse, l’affairisme des politiques…<br /> <br /> Un autre britannique, devenu plus tard canadien, Peter Robinson, a écrit une série de 20 romans avec le même inspecteur, nommé Banks, un hommage ? Ses enquêtes se déroulent dans le Yorkshire je vous conseille Saison sèche, au sujet original.<br /> <br /> Merci de vos partages, on vous souhaite de recouvrer votre santé.
Répondre