Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
18 novembre 2022

La vie ne danse qu'un instant, roman historique de Theresa Révay

 

Th Révay

Est-ce un vague souvenir de mes racines italiennes – bien que me grands-parents aient immigré bien avant les années vingt, ou les rappels du centenaire de l’arrivée au pouvoir de  Mussolini en 1922 …

Je viens de lire plusieurs ouvrages dont l’action se déroule en Italie. Après la trilogie des Lions de Sicile, Rome en noir, voici le roman de Theresa Révay qui nous transporte dans les prémices de la seconde guerre mondiale.

La guerre – on dit aujourd’hui « conflit de haute intensité » - vue à travers les yeux d’une très jolie femme : blonde et svelte, libre de tout attachement, caustique, provocatrice, téméraire, séductrice, objective.

Alice Clifford est correspondante de guerre pour le New York Herald Tribune, en reportage au printemps 1936 à Addis Abeba où elle assiste à l’écrasement de l’armée du Négus par les troupes italiennes et aux ravages des armes chimiques sur une population démunie. Alice a l'âge de mes parents, elle va suivre les combats jusqu'à la bataille de Monte Cassino en 1944.

C’est le début d’une odyssée qui la conduit sur les théâtres d’opérations où s’affrontent deux idéologies totalitaires : le fascisme puis le nazisme, le communisme et ses différentes facettes.

Elevée à Alexandrie, mariée quelques temps avec un richissime égyptien dont elle divorce mais qui ne l’a jamais oubliée, elle part en Espagne auprès des Républicains, fréquente la troupe de correspondants de guerre où elle noue des amitiés comme, entre autres, avec Martha Gelhorn, l’épouse d’Ernest Hemingway, et trouve l’amour à Rome - elle obtient une interview du Duce - avec un jeune diplomate italien, conseiller du comte Galeazzo Ciano, ministre et surtout gendre de Mussolini.

Elle transmet à son journal ses papiers de plus en plus critiques sur les exactions commises en Europe par les belligérants. Elle se voit naturellement traquée par les polices politiques, puisqu'elle se risque à démonter les ressorts de cette idéologie mortifère, révéler l’anéantissement programmé des Juifs, entrevoir les inefficaces mouvements de résistance intérieure, justifier l’action souterraine du nouveau pape Eugenio Pacelli – Pie XII.

Alice, c’est un peu Scarlet O’Hara mais son grand amour, Umberto, issu d’une famille princière, n’a pas le charisme de Rett Butler. Elle aurait pu croiser à Berlin Bernie Gunther et le séduire ... Ses passions l’enflamment et souvent la dominent. Elle enchaîne les conquêtes, rend les hommes fous, prend des risques insensés.

Mais après tout, la vie en cette période de dangers imminents, est trop courte pour ne pas être vécue pleinement.

 

La vie ne danse qu’un instant, roman historique de Theresa Révay, publié chez Albin Michel en 2017 puis au Livre de Poche, 601 p., 8,90

Commentaires
C
Merci Mme Bigmammy pour ce compte rendu.👍 Vous m'avez donné envie de le lire. <br /> <br /> J'aime bien les livres de Theresa Revay.<br /> <br /> Bonne soirée
Répondre
J
Merci pour ces références bibliographiques, je les apprécie toujours. Agréable journée
Répondre
Z
J’ai lu ce livre pendant le confinement : je l’ai beaucoup aimé.Theresa Revay a un style fluide et sait nous donner l’envie de ne pas le poser.
Répondre
P
Je garde précieusement les références de ces trois livres, qui m’ont l’air passionnants, avec un arrière plan historique qui permet de s’informer tout en se distrayant.<br /> <br /> Mes grands parents paternels et maternels, originaires de Lombardie et de Vénétie, se sont installés en France dans les années vingt, en partie à cause du contexte politique. Je suis de ce fait très intéressée par cette période, dont ils parlaient très peu.<br /> <br /> Bonne journée Bigmammy.
Répondre