Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
17 septembre 2022

Miroir du monde, exposition au musée du Luxembourg

bandeau affiche

 

IMG_0744

 

IMG_0748

 

IMG_0749

J’avais été très impressionnée lors de notre voyage à Dresde devant la richesse de cette région si éloignée de notre pays : des gisements de minerais (argent, charbon, lignite, potasse), des forêts, un monarque puissant, le Prince électeur Frédéric-Auguste 1er de Saxe, dit Auguste le Fort (1680 – 1733).

Sous son règne, la Saxe connaît l’apogée de son développement économique et culturel.

En particulier, c’est à ce moment que l’on redécouvre en Europe le secret de la porcelaine à pâte dure, grâce au chimiste Frederic Böttcher et qu’est créée la manufacture de Meissen. Encore une émotion de visite inoubliable.

 

IMG_0747

 

IMG_0746

 

IMG_0755

 

IMG_0754

C’est l’époque où les souverains ont à cœur de collectionner des « curiosités » acquises dans le monde entier, histoire d’étonner leurs peuples et, au-delà, d’impressionner le monde.

Dans cette période marquée par la lutte pour le pouvoir impérial entre les Électorats du Saint Empire romain germanique et les cours européennes, cette collection éclatante de richesse montre le pouvoir politique du Prince électeur.

Composée d’objets d'art, d’instruments et de livres scientifiques, de matériaux naturels et d’objets ethnographiques, la Kunstkammer ou « cabinet d’art » fut la première collection d’Europe à ouvrir ses portes au grand public qui la considérait comme un lieu de savoir et d’éducation.

Une action de communication internationale à une époque où chaque prince cherche à étaler sa puissance et l’étendue de ses richesses comme l’habileté de ses artistes.

La « soft power » du XVIII ème siècle.

Cette exposition met en lumière les pièces emblématiques du musée personnel de l’électeur de Saxe, son « Grünes Gewolbe » (voûte verte) où il rassemble chefs d’œuvre d’orfèvrerie, objets scientifiques et de navigation, joyaux – comme ce Maure au bloc d’émeraude – et des objets de grand prix comme les ivoires et les porcelaines de Chine, tellement recherchées en Europe et qui font l'objet d'un intense trafic international.

 

IMG_0756

 

IMG_0758

 

IMG_0759

 

IMG_0761

Mais aussi des objets exotiques comme ces massues africaines, ou des coquillages de nacre irisée montées sur métaux précieux.

Ces objets uniques sont bien mis en valeur par le musée du Luxembourg.

 

Miroir du monde, chefs-d’œuvre du cabinet d’art de Dresde, au musée du Luxembourg, jusqu’au 15 janvier. 13€

 

 

 

IMG_0750

N.D.L.R. Pour ce qui concerne plus spécialement le secret de la porcelaine, je recommande le premier tome de la trilogie de Jean-Paul Desprat "Bleu de Sèvres", publié chez POINTS.

Commentaires
N
Merci pour le partage de toutes ces merveilles. Douce journée à vous
Répondre
C
Que de merveilles à admirer !
Répondre
A
Très belle exposition, merci de nous la présenter.
Répondre
B
Une très belle exposition ! Merci infiniment pour ce partage et toutes ces précisions.<br /> <br /> Je te souhaite un doux week-end Marie-Pierre.<br /> <br /> Amitiés.<br /> <br /> Bernadette.
Répondre
A
Magnifique exposition !..<br /> <br /> Bonne journée chère Bigmammy. <br /> <br /> Prenez soin de vous !
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 642
Depuis la création 7 349 273