Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
5 juin 2022

La gardienne de Mona Lisa, polar de Peter May

 

La-gardienne-de-Mona-Lisa

Deuxième incursion dans l’œuvre foisonnante de Peter May qui met en scène plusieurs séries de personnages-clés …

C’est donc ici ma première rencontre avec Enzo MacLeod, écossais résidant depuis trente ans à Cahors, âgé de 65 ans, spécialiste en archéologie médico-légale. Célèbre pour la résolution d’énigmes, il ne résiste pas à la sollicitation admirative de la gendarmerie lotoise qui a sur les bras deux cadavres …

Que venait donc faire un marchand d’art parisien dans une maison du petit village de Carennac, pour s’y faire égorger de la plus sanglante manière chez une vieille dame absente de chez elle, tandis que la veille on avait découvert entre les racines d’un arbre arraché par l’orage les restes d’un officier de l’armée de l’air allemande. Une histoire bien mystérieuse pour une si calme bourgade désertée de ses touristes habituels.

Peter May explique en fin de volume pourquoi il s’est saisi de ce sujet : en pleine pandémie, il devait se contenter de peaufiner sa documentation en restant confiné. Il s’est donc penché sur le sauvetage des grandes œuvres du Louvre, réalisé de façon préventive par son directeur Jacques Jaujard, brillamment secondé par Rose Valland qui avait inventorié toutes les œuvres d’art dont les occupants – et en particulier Hitler et Goering – souhaitaient s’emparer pour leur plaisir personnel.

L’histoire – totalement farfelue, il faut bien le dire – a pour héroïne Georgette Pignal (à moitié écossaise !), chargée à Londres par De Gaulle en personne de veiller coûte que coûte sur La Joconde, mise à l’abri de château en château pour échapper aux Allemands. Le roman se déroule sur deux plans temporels : l’occupation du territoire français et l’enquête sur l’assassinat du marchand d’art venu se faire trucider par un jeune galériste allemand, suspect évident. Cela tient à la fois du roman de Joël Dicker « Les derniers jours de nos pères », du film « Monument Men » de George Clooney, et la scène la plus dramatique se déroule de nuit aux fin fond du gouffre de Padirac.

C’est sanglant, compliqué, totalement dénué de toute base historique … Mais donnera sans doute très envie aux lecteurs britanniques de venir passer quelques jours sur les rives de la Dordogne, à l’ombre de ses châteaux. Un conseil aux lecteurs intéressés : attendre la parution en format de poche !

 

La gardienne de Mona Lisa – The Night Gate – traduit de l’écossais par Ariane Bataille, aux éditions Rouergue, 438 p., 23,80€

Commentaires
L
Merci pour cette proposition de lecture nous pensons fort à vous<br /> <br /> Laure
Répondre
H
Peut-être Peter May évoque-t-il le rôle, aux côtés de Jacques Jaujard, d'André Chamson, qui ne fut pas seulement écrivain, mais aussi chartiste et, à ce titre, conservateur du patrimoine. Sa fille, Frédérique Hébrard, raconte cela, de son point de vue d'enfant, dans La chambre de Goethe, qui est une lecture facile et intéressante.
Répondre
M
De cet auteur j'avais bien aimé la trilogie de Lewis avec l'inspecteur Mac Leod.<br /> <br /> Un autre style pour ce roman que je note lors de la parution en poche selon vos conseils...<br /> <br /> Des pensées pour vous pour la semaine prochaine...
Répondre