Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
20 février 2022

L'avenir est entre les mains de notre jeunesse studiueuse

IMG_0097

Je ne me souviens pas avoir jamais reçu, pendant ma classe de terminale, la moindre information sur les études supérieures possibles après le baccalauréat.

Chaque bachelier potentiel devait se débrouiller seul - avec prime aux rejetons de familles mieux informées socialement que d'autres.

Et ainsi, alors que j’abordais le dernier trimestre de la classe de philosophie (où je me suis copieusement ennuyée), je ne savais absolument pas où je pouvais ou devais m’inscrire pour l’année suivante …

Jusqu’à ce qu'un heureux hasard – la rencontre avec le fils d’un ami de mes parents – me fasse connaitre les conditions d’admission à l’Institut des sciences politiques de Paris (à l’époque, un concours). Une orientation insoupçonnée* qui a changé ma vie …

Les jeunes gens sont pplus de 700000 à obtenir le bac aujourd’hui et une procédure balisée, unifiée, la même pour tous, même si elle paraït complexe, encadre le flux des futurs étudiants. Encore une marque de notre séculaire centralisation.

Les principes fondateurs sont respectés : le baccalauréat est le premier grade universitaire et tous les gouvernements successifs ont renoncé à toute forme de sélection (c’est explosif !) post bac.

Pour assurer une solution démocratique à l’accès aux études supérieures, la procédure d’admission commence aujourd’hui bien avant les résultats de l’examen, dès le mois de mars, et la ventilation s’exerce entre des centaines et des centaines de formations. C’est PARCOURSUP, qui a succédé à APB (Admission Post Bac). Deux de mes petits-enfants sont déjà passés par cette moulinette. Et ont vu leurs vœux exaucés … Je pense aux suivants car c’est pour bientôt.

IMG_0003Le souhait de voir 80% d'une génération bachelière diplômée à l'horizon 2000, exprimé par Jean-Pierre Chevènement en 1985 est donc aujourd'hui exaucé puisque on atteint désormais 90%.

La part de bacheliers dans une génération (ce qui est différent du taux de réussite au bac) est ainsi passée de 30 à 60% dans une génération entre 1985 et 1995, puis stagne à 66% jusqu'en 2011 et la réforme de la filière professionnelle pour reprendre une pente ascendante.

Curieux, en cette année pourtant électorale, on n’a pas entendu beaucoup de récriminations de la part des jeunes, parmi les 931000 postulants à Parcoursup qui n’auraient pas trouvé « chaussure à leur pied ». Il faut dire qu’on avait mis le paquet : 13000 nouvelles places en première année créées (+118%), 35000 contrats d’apprentissage (+16% de vœux) conclus en septembre.

810000 candidats (soit 93% de lycéens) ont ainsi reçu au moins une proposition de formation. Je me demande comment se sont débrouillés les 7% qui sont restés en rade … ou ont renoncé pour cette fois. Et pour l’admission à Sciences Po qui m’est toujours aussi chère, désormais incluse dans cette procédure et non plus sur dossier ou concours, comment cette première année s’est déroulée ?

L’audacieuse réforme des admissions engagée il y a 20 ans par le regretté directeur Richard Descoings, ouvrant une voie d’admission à l'IEP dédiée à des élèves provenant de lycées ayant conclu des Conventions d’Education Prioritaires, a porté pleinement ses fruits. La réussite de ces 2300 élèves issus de lycées où personne ne place Sciences Po dans le champ des possibles (comme moi en 1964), est ni plus ni moins remarquable que celle des autres élèves, avec des promotions globales aujourd’hui composées à 25% de boursiers contre 12% en 2006).

mimi-thian-vdXMSiX-n6M-unsplash

Résultats : de  12 diplômés de la première promotion « CEP » de 2006, on en compte 134 en 2020, soit plus de 10000 en 20 ans. 77% des diplômés CEP s’orientent dans le secteur privé, 200 lycées sont partenaires de Sciences Po en 2023 contre 106 en 2021. Sans oublier les 10000 élèves impliqués dans les ateliers de préparation dans leur lycée, ouvrant leurs horizons vers des formations jamais envisagées. Assurer l’égalité des chances, c’est très concret … Je peux en témoigner !

Pour l’année 2022, les inscriptions sur Parcoursup sont ouvertes et les vœux sont à déposer jusqu’au 29 mars ! Courage aux postulants !

*en fait le jeune homme en question m'a simplement proposé de me faire visiter la "Péniche", et j'ai trouvé cet endroit, en un éclair, fascinant !

Commentaires
Pages
Visiteurs
Hier 750
Depuis la création 7 351 468