Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
4 décembre 2021

Charles de Gaulle - Mémoires d'espoir

 

mémoires d'espoir

La boucle est bouclée avec le dernier volume inachevé des mémoires du Général de Gaulle, paradoxalement intitulé « Mémoires d’espoir », et que la mort de l’auteur a brutalement interrompu.

Cette dernière partie devait comporter sept chapitres : deux consacrés à la politique et aux circonstances du retour au pouvoir, à la décolonisation et à la résolution du conflit algérien, deux sur la situation économique et sociale, deux aux affaires étrangères et un dernier d’ordre « philosophique » (les guillemets sont de la main de l’auteur) …

Seuls les deux premiers chapitres avaient été entièrement rédigés : Le renouveau (1958 – 1962), L’effort (1962 …). Ils forment les 304 premières pages de ce livre, largement complété par les textes des allocutions et messages et les retranscriptions in extenso des conférences de presse du Général.

Charles de Gaulle rédige ces pages alors qu’il vient de quitter le pouvoir après l’échec du référendum de 1969 proposant une transformation du rôle du Sénat.

Le style y est toujours aussi brillant, et l’analyse rigoureuse des travers politiques de notre vieux pays, comme la certitude de devoir poursuivre un projet de transformation des institutions, malgré les critiques partisanes toujours aussi actuelles. « Mais, pour combattre ces adversités, j’ai de bonnes armes : la cuirasse dont me revêt le soutien lucide du peuple, le glaive qu’est la certitude de suivre la seule voie qui vaille. »

Il n’est que de relire les oppositions farouches à la modification, proposée en 1962 par référendum, d’élire désormais le Président au suffrage universel, où les « corps constitués » crient à la forfaiture … Qui penserait aujourd’hui à revenir en arrière ?

Avec le recul du demi-siècle qui vient de s'écouler et à l'heure où tout le monde se réclame du gaullisme, on mesure l’extraordinaire clairvoyance de cet homme hors du commun. Il passe en revue les réalisations de son mandat (c'est la loi du genre "mémoires"), sans oublier d’y associer les noms de tous les collaborateurs qui y ont contribué.

Des objectifs sont atteints rapidement :  le redressement d’un pays au bord de la guerre civile et de la faillite, la nécessaire décolonisation et la fin de la guerre d’Algérie – et on sait quelle importance ce soldat attachait à l’Empire – le confortement économique du pays et l'affirmation de son indépendance vis-à-vis des deux puissances de la Guerre Froide, qui implique l’abandon de l’illusoire protection de Etats-Unis, la vigilance permanente contre les menées destructrices de la Grande-Bretagne viscéralement opposée à la constitution d’une union européenne … D'autres demeurent à accomplir comme la réforme du Corps enseignant ...

Mon étonnement vient de l’importance donnée par de Gaulle au développement de l’économie et à l’aménagement du territoire. C’est selon lui la clé de l’indépendance de la France et de son rayonnement international : on est effaré devant les taux de croissance inouïs de cette période folle des Trente Glorieuses, et des multiples infrastructures qu’elle vit éclore sous l’impulsion de l’Etat … Malgré tout, les critiques ne cessent pas de pleuvoir. Il en est parfaitement conscient, mais c’est la solitude du pouvoir.

 

de Gaulle serre les mains

Il écrit : « A vrai dire, la coalition hostile des comités et des stylographes, si parfois elle me désoblige, ne m’atteint pas profondément. Je sais que le papier supporte tout et que le micro diffuse n’importe quoi. Je sais à quel point les mots provocants tentent les professionnels du style. Je sais que les institutions nouvelles, ma présence à la tête de l’Etat, ma façon de conduire les affaires, enlèvent d’importance et de moyens d’intervention à d’anciennes influences, dominantes sous l’ancien régime et navrées de ne l’être plus. Je sais en particulier, combien leur coûte la distance où, non par dédain mais par principe, je crois devoir les tenir. »

Sans commentaire !

Mémoires d’espoir, Charles de Gaulle – Le Renouveau (1958 – 1962), L’Effort (1962 …), Allocutions et messages (1946 – 1969), édité chez Plon, 1163 p., 26€

Commentaires