Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
30 mars 2021

Jeunesse, souvenirs de Pierre Nora

Jeunesse

Ce titre est en  lui-même une sorte de gag.

Ces souvenirs d’un homme né en novembre 1931, encore plein d’étonnement d’avoir longtemps été le plus jeune de sa fratrie – avec la forte prégnance de son célèbre frère aîné Simon – puis de la fierté d’être encore présent à un âge particulièrement avancé.

L’enfance de Pierre Nora ne s’est pas déroulée sans angoisses : issu d’une famille bourgeoise juive – le père est un éminent médecin hospitalier qui a fait la guerre de quatorze et restera tout de même à son poste pendant toute l’Occupation – il doit se réfugier avec sa famille dans plusieurs planques dans la France occupée.

Au retour de la paix, Pierre refusera le rite de passage de la Bar Mitsva. Il est déjà passé à l'âge adulte ... Pour lui, le « judaïsme est tout entier histoire. Ce n’est pas une religion, à la différence du christianisme ; ce n’est pas non plus une culture, à la différence de l’islam. C’est une histoire, une histoire grandiose qui a traversé les siècles. »

Son échec cuisant – par trois fois – à Normale Sup’ l’humilie profondément mais il comprendra que sans cet échec, sa vie aurait été moins riche et moins intéressante. Après avoir longtemps tergiversé, il choisit de passer l'agrégation d’histoire, séduit par la nouvelle école des Annales, Fernand Braudel et René Rémond (mes idoles !). C’est alors une nouvelle façon d’appréhender le passé : globale, anthropologique, économique, quelque chose de noble, de profond et de grand.

Pierre Nora

Comme l’exige cet exercice de souvenirs, Pierre Nora cite l’extraordinaire foule des intellectuels qu’il a rencontrés, avec lesquels il a travaillé. C’est un festival de « name dropping » parfois fastidieux mais qui retrace une époque qui fut celle de ma jeunesse, celle des grands engagements politiques et des remises à niveau de bien des idéologies.

Relativement discret sur sa vie amoureuse – assez fournie et toujours placée sous le signe de l’art et de l’intelligence – je retiendrai de ces réflexions parcellaires l’extraordinaire carrière d’un historien qui fut à la fois enseignant, mais surtout éditeur (55 ans chez Gallimard, plus de mille livres édités), quarante années de la revue Le Débat … et une totale humilité.

Pour son importante contribution à la présentation de l’histoire sous un angle nouveau et tellement plus efficace, je lui suis infiniment redevable de bien des heures de lecture passionnante.

 

Jeunesse, mémoires de Pierre Nora, chez Gallimard, 240 p., 18€

Commentaires