Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
7 mars 2021

Un dîner chez Min, polar de Qiu Xialong

Min

Chez Qiu Xiaolong, les aventures de son personnage fétiche, Chen Cao, sont toujours entrelardées de gastronomie classique, et surtout jalonnées de poésies.

Rappelons que Chen Cao a grandi au temps des dénonciations de masse et des excuses publiques de la Révolution Culturelle. Il a vu son père accusé, sa famille humiliée. Alors que son esprit est surtout occupé de poésie, l’État lui a assigné un poste subalterne dans un commissariat de la ville, et il va y déployer des talents insoupçonnés. En Chine, on ne choisit pas son destin.

Dans cette seizième aventure, Chen a été mis au placard et sommé de prendre quelques semaines de « congé de convalescence ». Il a été nommé un mois plus tôt directeur d’un fantomatique Bureau de la réforme du système judiciaire. Mais c’est sa secrétaire – et unique collaboratrice – la jeune et ravissante historienne Jin, qui tient la permanence et lui rend compte fidèlement – à moins qu’elle ne le surveille ?

Chen est-il définitivement mis sur la touche par les Autorités où a-t-il encore une chance de s’en sortir ? Il n’est pas si naïf. Il sait bien évidemment qu’en Chine, il faut savoir lire entre les lignes « comme dans une peinture traditionnelle où les vides sont souvent plus parlants que les pleins ». Réforme du système judiciaire ? Alors que le Parti, omniprésent et omnipotent, est prêt à brandir le glaive pour s’opposer à toute tentative de séparation des pouvoirs entre exécutif et judiciaire.

Pendant son repos forcé, Chen se plonge dans la lecture d’un auteur hollandais (Robert van Gulik)  - créateur d’un personnage ultra-célèbre : le Juge Ti, qui résolvait des crimes à l’époque Tang … Et justement, l’une des enquêtes ressemble fortement à un fait divers qui défraie la chronique dans la ville trépidante de Shangaï : l’assassinat de la jeune assistante cuisinière de la célèbre courtisane Min Lihua, qui tient une « table privée » réservée à des gourmets très haut de gamme - les "Gros-Sous".

Sollicité par ses anciens collègues, Vieux Chasseur et son fils l’inspecteur Yu, Chen va être bien malgré lui entraîné à investiguer sur cette affaire, en toute discrétion des autorités qui l’ont plus que jamais à l’œil.

Un regard sans indulgence sur la vie économique et politique de la Chine contemporaine, la corruption, les extraordinaires différences sociales, la surveillance généralisée … mais aussi la permanence de la philosophie de de la culture ancestrale, la littérature et la poésie classique sans oublier la merveilleuse gastronomie, celle des rues comme celle des établissements de luxe. Dépaysement garanti.

 

Un dîner chez Min -  Inspector Chen aud Judge Dee – polar traduit de ll’anglais par Adélaïde Pralon, édité chez Liana Levi – 248 p, 18€

 

Commentaires
F
Votre éclectisme me permet de découvrir des auteurs dont j’ignorais même l’existence. Je vais donc découvrir Qiu Xiaolong. Encore merci
Répondre