Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
16 septembre 2020

O tempora, o mores !

Autres temps, autres mœurs disait déjà Cicéron dans les Catilinaires.

Je le dis tout de suite, je suis contre le déboulonnage des statues, même si je trouve abusives certaines attributions de noms de rues à des personnages totalement ouliés à Paris et, en particulier, le fait que si peu de femmes aient reçu un tel hommage public.

Jules Ferry

En fait, nous devrions nous garder de juger à l’aune de nos connaissances d'aujourd’hui l’honnêteté et la sincérité de personnalités politiques du temps passé.

Je pense en particulier à la façon dont les tenants de l’esprit des Lumières toléraient le système d'exploitation des plantations basé sur l’esclavage ou à la folle épopée coloniale ayant embrasé la plupart des empires européens et en particulier la France de la IIIème République.

N’oublions pas non plus que cette fièvre coloniale avait pour objectif de détourner l’opinion publique de la lourde défaite subie devant la Prusse en 1870 … Ainsi les gouvernements agitent des menaces extérieures pour masquer leurs difficultés intérieures. Un coup classique dans le jeu des puissances – ou des nations qui se veulent comme telles.

Un exemple, trouvé dans un livre passionnant (d'Henry Laurens) sur les crises de l’Orient entre 1768 et 1914 - en effet, il est important de connaître notre histoire et aussi celles des autres !

Partisan de l’expansion coloniale, Jules Ferry, républicain ardent et homme de gauche, envoie le cuirassé Friedland au large de la Tunisie en février 1881 et présente cette action comme une nécessité européenne pour faire face à la nouvelle menace :

« Le mouvement du Friedland a été décidé à la suite de renseignements très alarmants qui étaient transmis de Constantinople et qui représentaient comme imminente une tentative de la Porte ottomane pour établir sa domination sur la Tunisie. Il est à la connaissance du Gouvernement français et sans doute aussi du Gouvernement britannique que le Sultan Abdul Hamid poursuit depuis quelques temps, dans tous les pays musulmans, des desseins secrets qui, au fond, sont aussi hostiles à la France qu’à l’Angleterre et que le Cabinet de Londres par conséquent ne saurait voir d’un œil favorable. Les intelligences mystérieuses entretenues par le Sultan actuel s’étendent jusque parmi les populations musulmanes de l’Inde, et c’est probablement à son instigation qu’est dû ce récent complot découvert à Kolapour. »

Je ne nomme personne, suivez mon regard.

Et aussi, comme le disait – paraît-il -  Karl Marx : L’histoire ne se répète pas, elle bégaie.

Commentaires
Pages
Visiteurs
Hier 642
Depuis la création 7 349 273