Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
13 juin 2020

La carrière préfectorale comme un jeu de l'oie

IMG_1154

Toujours plongée dans les archives de famille ...

Retour sur nos pérégrinations dans l'Ouest inconnu mais pas si sauvage.

En 1971, Claude (et moi avec) est affecté, à sa sortie de l'ENA, à la Préfecture de la Vendée, à La Roche-sur-Yon. Autant dire que pour moi, tout est nouveau : l'Ouest, la Province, une ville dont je n'ai jamais entendu prononcer le nom, un nouveau métier - celui d'épouse de sous-préfet - qui m'a contraint de démissionner du poste que j'occupais dans une banque à Paris, le contact avec les élus locaux, un appartement de fonction situé à l'intérieur de la Préfecture ...

En fait, j'ai beaucoup aimé cette ville construite à la va-vite par Napoléon pour y encaserner des troupes destinées à maintenir l'ordre après les guerres entre les "Blancs" et les "Bleus". J'y ai forgé des amitiés durables et même trouvé une seconde famille en la personne du couple Briot, Jacqueline et Pierre, qui ont adopté Claude quelques années plus tard.

Claude y a appris son métier d'administrateur avec un homme d'exception : Roland Faugère, le "Patron", et moi, j'ai pris de la graîne auprès de son épouse Denise, fille d'un ministre du Général de Gaulle. C'est un couple que nous avons suivi deux fois : à Vannes puis à Tours, avant de revenir à Paris en 1975. Nos jeunes années pendant lesquelles nous n'avons pas perdu l'occasion de concevoir nos deux premières filles.

J'imaginais que la carrière de mon mari se déroulerait de façon conventionnelle, montant graduellement tous les échelons. Mais je savais qu'il pourrait aussi y avoir des "pépins", des mises au placard, des bifurcations.

Voici comment j'imaginais - sous forme de jeu de l'oie - son parcours et moi à ses côtés. Je me trompais complètement, la vie réserve des surprises puisque rentrés à Paris pour - en principe - une mission de 18 mois, nous ne sommes jamais repartis, Claude ayant quitté le corps préfectoral pour des postes dans différentes administrations centrales. 

En 1971, en tous cas, je "voyais" la vie d'une jeune sous-préfet comme ça ! Et il n'y a jamais eu qu'un seul exemplaire de ce document dont je revendique le copyright !

Commentaires
L
Roland Faugère est sans doute quelqu'un d'estimable . Je me fie à votre avis vous qui l'avez connu . Ce qui me gène , c'est son témoignage admiratif à l'égard de Maurice Papon lors de son procès .
Répondre
C
Je n’ai pu voir qu’une partie du jeu mais quel humour ! Souvent les événements inattendus nous font changer notre histoire de vie et souvent au mieux si on les prend avec de l’optimisme. Bravo a vous deux d’avoir réussi des carrières brillantes et une belle famille .<br /> <br /> Partie au Canada pour une année de maitrise ...il y a 50 ans , j’y ai eu une carrière que je n’aurais pas eu peut-être en France et mon mari ( venu de Londres) encore bien plus que moi dans la haute fonction publique . <br /> <br /> Bel été....si vous pouvez rejoindre le 47 .
Répondre
N
Géniale cette version du Jeu de l'Oie, à garder précieusement !
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 642
Depuis la création 7 349 273