Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne

Journal de bord d'une grand-mère grande lectrice et avide de continuer à apprendre, de ses trois filles et de ses 7 petits-enfants.
Voir le profil de Bigmammy sur le portail Canalblog

Newsletter
Archives
Derniers commentaires
23 janvier 2020

Marquise Arconati Visconti, collectionneuse et mécène

marquise rouge

On parle beaucoup aujourd’hui des très grandes fortunes, généralement vouées aux gémonies, mais moins de ce qu’elles apportent à la communauté.

Au XIXème siècle, qui fut celui de la Révolution industrielle et des plus criantes inégalités, on assistait à une sorte de concours entre les femmes – généralement veuves à la tête d’une soudaine fortune colossale – à celle qui serait la plus généreuse mécène.

Après la Duchesse de Galliera (née en 1811), et la Comtesse Greffulhe (née en 1860), voici le parcours de la Marquise Marie-Louise Arconati-Visconti (1840 – 1923).

Elle est la fille d'Alphonse Peyrat, journaliste, violemment anti-clérical et anti-royaliste, député puis sénateur, homme de l’extrême gauche, proche des italiens exilés favorables au Risorgimento. C’est ainsi qu’elle rencontre Gianmartino Arconati-Visconti qu’elle épouse civilement en 1873, malgré les réserves de la famille du jeune homme. Victor Hugo est le témoin de la mariée.

Brillante intellectuelle, athée, passionnée d’histoire de l’art, républicaine, anti-cléricale et dreyfusarde, elle tient salon deux jours par semaine, pour les amateurs d’art et pour les politiques. On la surnomme la Marquise rouge. Hélas, trois ans après son mariage d’amour, Giancarlo meurt et laisse à sa veuve une immense fortune.

lettre de Marquise

Institut de géographie

Marie-Louise va s’employer à soutenir financièrement une multitude de projets en faveur de l’enseignement supérieur : elle fait d’importantes donations aux bibliothèques universitaires de Lyon et à la Sorbonne, pour le logement des étudiants à Strasbourg, fonde plusieurs prix de thèses à l’Ecole des chartes dont elle a suivi les enseignements en auditrice libre, dote l’Institut d’Art et d’Archéologie, est à l’origine de la fondation de l’Institut de Géographie construit après sa mort, ce curieux bâtiment situé rue Saint Jacques.

La richissime veuve rencontre en 1889 Raoul Duseigneur, un autre collectionneur et amateur d'arts, né en 1846, qui sera son compagnon jusqu'à sa mort en 1916.

Collectionneuse d’œuvres du Moyen-Âge et de la Renaissance, des XVIIIème et XIXème siècles elle fera don de ses collections au musée du Louvre …Une exposition de sa collection personnelle est actuellement présentée au musée des Arts Décoratifs.

 

Les riches patriciens de la Rome antique pratiquaient l’évergétisme en offrant des jeux afin de se faire élire, les dames de la haute société du XIXème siècle consacraient leur fortune au développement de la connaissance des lettres, des sciences humaines et des arts … Tout comme aujourd’hui nos grandes familles d’industriels couronnés de succès à l'international.

 

Marquise Arconati-Visconti, femme libre et mécène d’exception, exposition au musée des arts décoratifs -niveaux 3 et 4) jusqu’au 15 mars, fermé le lundi – 11

Commentaires
A
Merci d’avoir enrichi mon vocabulaire avec le mot évergétisme que je ne connaissais pas !<br /> <br /> Bonne journée !<br /> <br /> Anna
Répondre
Pages
Visiteurs
Hier 642
Depuis la création 7 349 273