Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bigmammy en ligne
Bigmammy en ligne
Newsletter
Derniers commentaires
Archives
15 juillet 2018

La tache, roman de Philip Roth

La critique de Claude : 

 

tacheLors du décès de Philip Roth, j’avais signalé ce triste événement. L’importance de l’écrivain pour la littérature et l’art américains conduit à revenir sur cet auteur et notamment sur ce roman qui au surplus a fait l’objet d’une adaptation au cinéma sous le titre "La couleur du mensonge".

Initiée au début des années 70, l’œuvre de Roth est un portrait de l’ensemble des Etats-Unis, centré sur les sujets les plus sensibles : le racisme frappant les Noirs, la souffrance des revenants de la guerre du Viet Nam.

Deux personnages symbolisent ces deux thèmes et vont se rencontrer au cœur de l’intrigue, complexe et passionnante. Le premier est Coleman Silk, brillant étudiant en littérature au retour de la seconde Guerre Mondiale, devenu Doyen respecté de sa faculté.

Il fait certes une « belle carrière universitaire » mais au prix le plus lourd, que je laisse au lecteur le soin de découvrir. Et il est confronté à une campagne « dégagiste », conduite par une jeune assistante française, qui est une caricature de ce type humain.

 

couleur du mensonge

Le second personnage, Les Farley, était mitrailleur d’hélicoptère au Viet Nam et en est rentré détruit par le syndrome post traumatique au point de ne pouvoir survivre que dans la solitude. Au fil des pages, on passe donc du psychodrame simulé des élites à la vraie souffrance des plus pauvres.

La tache est, me semble-t-il, la meilleure façon d’aborder l'oeuvre de Philip Roth.

 

La tache, roman de Philip Roth (The Human Stain) publié aux éditions Folio, 480 p. 9,80€ (paru en 2000, réédité en 2018).

 

 

 Je complète avec ce que Eliette Abecassis déclare au sujet de Philip Roth dans Le Figaro :

" Roth est en effet l'un des plus grands écrivains de notre temps. Je n'arrive pas à comprendre pour quelle raison il na pas eu le Prix Nobel. Cela me paraît fou. Il est le «Maestro», comme il le dit de son personnage, Lonoff, admiré par son double littéraire, Zuckerman. Il a créé un univers, avec un style qui n'appartient qu'à lui. Il est aussi le plus drôle, le plus cocasse et le plus sarcastique. Il a marqué l'époque par son œuvre, qui ne cesse de l'interroger à travers ses personnages si singuliers et pourtant universels. Il parle de tout ce qui nous passionne et nous questionne, du désir, de l'amour, du couple, de la place de l'homme dans sa société, de l'écriture et de l'écrivain, de son rôle de témoin d'une époque, de l'agitation humaine, trop humaine, des grandeurs et des misères de l'homme tout au long de sa vie. Sa vie, comme celle de Montaigne, est une entreprise littéraire, philosophique et personnelle à la fois. Il a une véritable magie de la narration romanesque. C'est en cela qu'il est le maître. Quoi qu'il dise, il nous prend par la main et nous emmène là il veut. Son récit est envoûtant. Sa lecture est addictive.

De plus, il est l'écrivain qui a le plus marqué et inspiré toute notre génération. Nous sommes tous les enfants de Philip Roth. Frédéric Beigbeder, Christine Angot, Yann Moix, Michel Houellebecq, Franz-Olivier Giesbert, Emmanuel Carrère, tous sont marqués par Roth, dans cette transmutation ..".

 

Commentaires
M
Il faut aussi le resituer dans la période politique de l affaire Clinton/Monica Lewinsky<br /> <br /> <br /> <br /> La trilogie de Roth est intéressante pour les 3 romans avec une finesse de la psychologie des personnages <br /> <br /> L entretien de P Roth avec Bunuel pour la grande librairie est aussi éclairante sur son processus d écriture
Répondre